IVG : 7 jours de réflexion incompressible
Brève

IVG : 7 jours de réflexion incompressible

03.06.2011

Le délai de réflexion de 7 jours, imposé par la loi avant une interruption volontaire de grossesse, ne peut en aucun cas être écourté, a jugé la Cour de cassation, dans un arrêt de la première chambre civile (le 26 mai, n° 542). Le médecin sollicité ne peut ainsi rien prescrire ni décider tant qu’il n’a pas reçu une confirmation écrite de la décision de sa patiente. Cette confirmation ne peut intervenir qu’à l’issue du délai, imposé par le code de la santé publique, d’une semaine après la première visite de la cliente. Un praticien qui accepterait de précipiter les choses engagerait sa responsabilité si, par la suite, sa patiente venait à regretter sa décision, indiquent les juges. Il risquerait d’avoir à l’indemniser pour des difficultés psychologiques. Les juges ont reconnu la faute du médecin qui avait administré un médicament préparatoire à l’intervention, trois jours après avoir reçu la visite d’une cliente. L’argument du praticien, selon lequel le médicament n’aurait été d’aucun effet si la cliente avait finalement renoncé à l’IVG, n’a pas été jugé acceptable. Selon le jugement, l’administration de ce médicament préparatoire a privé la patiente de la sérénité nécessaire au délai de réflexion pour prendre sa décision. La cliente est donc fondée à s’en plaindre et à réclamer des indemnités.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
03.06.2011 à 22h12

« Je crois que les pateints doivent prendre plus de responsabilité pour leurs actes, puisque, finalement, le médecin ne fait que fournir un service qui lui a été demandé ; aucun médecin ne sort dans l Lire la suite

Répondre
 
03.06.2011 à 19h26

« Sur quelles bases scientifiques ou intellectuelles reposent ce délai de SEPT jours ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
FILLON

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'élection présidentielle détaille sa contre-attaque sur le terrain de la santé. Il reproche au gouvernement d'avoir voulu imposer aux médecins le tiers payant – dont il supprimera, s'il est élu, le caractère obligatoire. Entretien. 12

Les décotes tarifaires unilatérales ne passent pasLes radiologues prêts au bras de fer avec la CNAM Abonné

radiologue

Furieux de l'entrée en vigueur de nouvelles baisses de tarifs et des forfaits techniques imposées par l'assurance-maladie, les radiologues... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

À 87 ans, une généraliste charentaise voit toujours dix patients par jour

mamy

Michel (62 ans) prendra sa retraite avant sa mère Micheline. « J'entends souvent la blague », s'amuse le Dr Micheline Foucry, médecin de... 20

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter