Mise en garde de l’AFSSAPS sur l’utilisation chronique de pioglitazone
Brève

Mise en garde de l’AFSSAPS sur l’utilisation chronique de pioglitazone

19.04.2011

Le 7 avril, la Commission d’AMM a réexaminé le rapport bénéfice/risque de la pioglitazone, les données de pharmacovigilance rapportées en séance ayant souligné la possibilité d’un risque accru de cancer de la vessie chez les patients diabétiques traités de façon chronique par la pioglitazone (Actos, Competact). Dans l’attente des résultats d’une étude en cours, l’AFSSAPS souhaite mettre en garde contre ce risque les prescripteurs et les pharmaciens.

Actos (pioglitazone) et Competact (pioglitazone et metformine) font l’objet d’un suivi national de pharmacovigilance depuis leur mise sur le marché. Des signalements récents, donc, conduisent à envisager un lien entre une exposition prolongée à la pioglitazone et une augmentation du risque de cancer de la vessie, ce qui pourrait remettre en question le rapport bénéfice/risque de la pioglitazone en traitement chronique chez les patients diabétiques. Cela a conduit l’AFSSAPS à lancer début 2011, avec la CNAM, une grande étude de cohorte rétrospective chez des patients diabétiques traités par pioglitazone en France entre 2006 et 2009. Cette étude, portant sur 200 000 patients traités, permettra soit de conforter, soit d’écarter le risque suspecté à ce jour. Les premiers résultats seront disponibles fin mai et les résultats définitifs en juillet.

L’AFSSAPS a informé l’Agence européenne du médicament, qui a lancé une réévaluation du rapport bénéfice/risque de la pioglitazone.

Dès à présent, dans l’attente de la réévaluation prochaine, l’AFSSAPS recommande de prendre en compte, avant toute prescription de pioglitazone chez un patient diabétique, les facteurs de risques additionnels potentiels de cancer de la vessie tels que l’exposition au tabac, l’âge, le sexe masculin, les infections urinaires chroniques ainsi que certaines expositions professionnelles à des produits chimiques. Quant aux pharmaciens, ils sont informés qu’il n’y a pas lieu de cesser la délivrance d’Actos et de Competact qui ne font pas, à ce stade, l’objet d’une mesure de suspension d’AMM.

 DR E. DE V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... Commenter

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 38

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter