Le panache radioactif sur la France mercredi, mais sans danger
Brève

Le panache radioactif sur la France mercredi, mais sans danger

21.03.2011

Selon la dernière simulation réalisée par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les masses d’air contaminées par les rejets des réacteurs nucléaires accidentés de la centrale de Fukushima, au Japon, devaient atteindre ce lundi les Antilles françaises, puis Saint-Pierre-et-Miquelon à partir du 22 mars, et la métropole à partir du mercredi 23. Mais les niveaux de concentration devraient être très bas, tient à rassurer la direction générale de la Santé : les plus élevés seraient de l’ordre de 1 000 à 10 000 fois moins importants que ceux mesurés en France le 1er mai 1986 après l’accident de Tchernobyl.

L’IRSN partage l’avis de l’Agence de l’environnement des États-Unis, qui estime que ces concentrations seront sans conséquence sanitaire et environnementale. De plus, elles seront d’un niveau trop faible pour être détectées dans l’environnement par les 170 balises d’alerte du réseau Téléray de l’IRSN.

Aussi les autorités sanitaires rappellent-elles qu’il n’y a pas lieu de prescrire ou de délivrer de l’iode ou des compléments alimentaires en contenant. Et elles soulignent une nouvelle fois que la prise d’iode stable, à titre de précaution, avant le passage du panache est inutile et déconseillée.

En ce qui concerne le Japon, selon les informations rapportées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), les rejets radioactifs se poursuivent et ont entraîné des dépôts de radioactivité au sol et sur les végétaux. Les premières mesures réalisées dans la région de Fukushima indiquent une contamination en iode 131 et en césium de l’eau, des végétaux et des aliments, conduisant à dépasser dans certains cas les valeurs admissibles pour les denrées alimentaires, en particulier dans les légumes à feuilles comme les épinards. Quelle que soit l’évolution de la situation, le Japon aura à gérer, dans la durée, les dépôts de radioactivité consécutifs à ces rejets. En revanche, à Tokyo la radioactivité reste faible et ne nécessite pas d’action particulière de protection des populations. La présence d’iode 131 a été mise en évidence dans le réseau d’eau potable de la région de Tokyo, mais avec une très faible concentration ne présentant pas de risque pour la santé.

Pour en savoir plus et orienter si nécessaire les patients vers l’information, les sites www.risques.gouv.fr, www.sante.gouv.fr et www.irsn.fr.

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 6

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter