Des biomarqueurs de référence pour l’exposition des Français aux polluants
Brève

Des biomarqueurs de référence pour l’exposition des Français aux polluants

14.03.2011

L’Institut de veille sanitaire (InVS) publie pour la première fois les mesures de concentration biologique de plusieurs polluants de l’environnement dans la population française. Ces données, issues du volet environnement de l’Étude nationale nutrition santé (ENNS) réalisée en 2006-2007, ont essentiellement vocation à fournir un outil de référence pour comparer les niveaux français avec ceux observés à l’étranger, déterminer si des personnes ou certains groupes, en France, sont davantage exposées à certains polluants que la population générale et suivre l’exposition au cours du temps.

Les résultats apparaissent plutôt rassurants. Ainsi, les niveaux d’exposition aux 11 métaux dosés sont globalement bas et similaires à ceux observés à l’étranger. La plombémie a fortement baissé (de l’ordre de 60 %) par rapport à l’étude réalisée chez les adultes en 1994, résultat des efforts de réduction des expositions au plomb des deux dernières décennies. Les niveaux de cadmium (utilisé pour protéger l’acier contre la corrosion, dans des alliages, piles et batteries) ne bougent pas et sont comparables à ceux d’autres pays d’Europe. Et si les concentrations de mercure dans les cheveux sont supérieures à celles des Allemands et des Américains, elles sont inférieures à celles des Espagnoles, les différences s’expliquant par les consommations plus ou moins importantes de poissons.

Les niveaux des pesticides organochlorés (dont le DDT et le lindane, aujourd’hui interdits pour la plupart des usages) sont globalement faibles. Seule une substance provenant du paradichlorobenzène, utilisé encore récemment comme antimite ou désodorisant dans les toilettes est mesurée à des niveaux très supérieurs en France. Les niveaux de métabolites des pesticides organophosphorés se situent entre ceux des Allemands et des Américains. Pour les pesticides pyréthrinoïdes, qui sont largement utilisés (agriculture, horticulture, usage domestique...), et pour les PCB, les niveaux sont plus élevés que ceux observés aux États-Unis et en Allemagne.

Les causes des écarts sont à élucider : apports alimentaires ou usages des produits ?

L’InVS lancera à la fin de 2012 une enquête de biosurveillance, incluant un volet chez les enfants, qui permettra de connaître les évolutions. Elle sera élargie à une centaine de substances, dont les perturbateurs endocriniens, contre 42 dans la première étude.

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter