220 millions pour 11 projets d’infrastructures de recherche
Brève

220 millions pour 11 projets d’infrastructures de recherche

04.03.2011

Les lauréats des appels à projets « Infrastructures nationales de recherche en biologie et santé » et « Démonstrateurs préindustriels en biotechnologie » ont été dévoilés par le ministère de la Recherche et le Commissariat général à l’investissement. Onze projets au total pour une enveloppe globale de 220 millions d’euros. Le CNRS et l’INSERM sont impliqués dans tous ces projets, ce qui, souligne un communiqué de l’INSERM, « confirme le rôle de coordination nationale des organismes de recherche dans les grands projets d’infrastructure ».

Quatre projets sont portés par l’INSERM : Biobanques (infrastructure nationale de ressources biologiques, qui s’appuie sur 70 centres, 17 millions, Georges Dagher), F-CRIN (plateforme nationale d’infrastructure de recherche clinique, qui fédère 54 centres, 18 millions, Olivier Rascol, Claire Lévy-Marchal, Norbert Ifrah), HIDDEN (infrastructure de recherche dédiée aux maladies hautement infectieuses, 9 millions, Hervé Raoul) et PGT INSERM-Généthon (consortium préindustriel des vecteurs de thérapie génique, 20 millions, Philippe Moullier).

Quatre projets sont portés par le CNRS : France-BioImaging (infrastructure pour la bio-imagerie cellulaire photonique et électronique dédiée à l’innovation, à la formation et au transfert de technologie, 26 millions, Maïté Coppey), FRISBI (infrastructure française pour la biologie structurale intégrée, 32 millions, Bruno Klaholz), PHENOMIN (infrastructure nationale en phéno-génomique, 27 millions, Yanne Hérault) et ProFI (infrastructure française de protéomique, 15 millions, Jérôme Garin).

Les deux organismes sont associés dans les trois autres projets : France Génomique (CEA, avec aussi l’INRA, 60 millions), EMBRC-France (centre national de ressources biologiques marines, 16 millions) et TWB (démonstrateur préindustriel en biotechnologie, 20 millions, INRA).

Nora Berra se réjouit de son côté de voir la recherche lyonnaise à l’honneur, puisque le projet HIDDEN est coordonné à partir du laboratoire BSL4 Jean Mérieux de Lyon et que d’autres projets retenus « témoignent s’il en était besoin du dynamisme de la recherche lyonnaise et de sa diversité ».

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter