Près de 18 % des quinquas au travail se sentent en mauvaise santé
Brève

Près de 18 % des quinquas au travail se sentent en mauvaise santé

14.02.2011

Les 50-59 ans qui travaillent se portent mieux que les chômeurs et les inactifs. C’est l’étude européenne SHARE (Survey of Health Ageing and Retirement in Europe) 2006-2007 qui confirme « l’effet travailleur en bonne santé ». Elle montre aussi de grandes différences selon les pays. Et si la France détient le record de l’espérance de vie, ses quinquagénaires au travail ne figurent pas parmi ceux qui ont le meilleur état de santé.

Ainsi, 17,8 % d’entre eux se perçoivent-ils en mauvaise santé (32 % des chômeurs et inactifs). C’est beaucoup plus qu’en Irlande (6,3), en Suisse (7,3), au Danemark (10,3), en Belgique (10,4) ou aux Pays-Bas (12,7). Mais loin du record polonais (26,6) et moins qu’en Allemagne (20,4).

La France est en outre en tête pour la proportion de personnes déclarant deux symptômes physiques ou plus, avec 37,4 %, devançant même la Pologne (35,1). Et en deuxième position pour les symptômes dépressifs : 26,5 % des travailleurs français quinquagénaires déclarent au moins trois symptômes évocateurs de dépression (31,4 % en Pologne mais 9,4 % seulement en Grèce).

En fait, quel que soit l’indicateur retenu, les conditions de travail, telles qu’elles sont ressenties, sont fortement corrélées avec l’état de santé. D’autres facteurs, connus, entrent aussi en ligne de compte : le fait de vivre en couple et le niveau d’éducation sont protecteurs ; les hommes ont moins de risques de déclarer des symptômes physiques ou dépressifs que les femmes et l’âge accroît la mauvaise santé perçue et la faiblesse de préhension.

Pour les auteurs de l’étude publiée par l’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé)*, le résultat français « est d’autant plus préoccupant dans un contexte où le recul de l’âge de la retraite est au cœur des débats politiques actuels ». Et il se demande s’il est « possible d’harmoniser les politiques publiques du marché du travail et de la protection sociale en Europe avec des états de santé aussi divers ».

* « Questions d’économie de la santé », n° 160, décembre 2010.

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

Attentats, situation exceptionnelle : en Bourgogne-Franche-Comté, les médecins libéraux s’organisent

blondet

L’URPS médecins libéraux Bourgogne-Franche-Comté organise ce vendredi, à Beaune, une soirée d’information pour présenter à la profession et... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter