Retraite active, compagnonnage et régulation éclairée : les priorités du SML pour préserver la médecine libérale
Brève

Retraite active, compagnonnage et régulation éclairée : les priorités du SML pour préserver la médecine libérale

04.01.2011

À l’avant-veille d’une importante réunion, jeudi, avec le ministère de la Santé pour débattre des mesures à prendre pour améliorer l’attractivité de la médecine libérale, le Syndicat des médecins libéraux (SML) a présenté trois propositions prioritaires pour apporter une réponse rapide et efficace aux problèmes de démographie médicale. Fruits des très nombreuses réunions organisées pendant la campagne des élections professionnelles, ces pistes visent à favoriser la retraite active des praticiens libéraux, à établir un compagnonnage entre tous les étudiants en médecine et des médecins libéraux et enfin à mettre en place une « régulation éclairée » de la démographie médicale.

Le concept de retraite active, défendu par le syndicat, doit permettre aux médecins âgés de 65 à 70 ans de rester en activité s’ils le souhaitent en leur accordant pour cela un statut qui mettrait fin aux tracasseries administratives que rencontrent actuellement ceux qui souhaitent poursuivre leur exercice. « D’ici à 2020, la moitié des 114 000 médecins libéraux pourraient faire valoir leurs droits à la retraite, indique le Dr Christian Jeambrun, président du SML. Il faut rendre attractive la poursuite d’activité des praticiens de cette tranche d’âge. » Le syndicat souhaite que les praticiens en âge de prendre leur retraite et qui prolongent leur activité puissent bénéficier d’avantages tels qu’une couverture de la Sécurité sociale, une exemption de cotisation à la CARMF, des cotisations aux URSSAF minorées, une assurance professionnelle (RCP) aménagée et qu’ils ne soient pas soumis à la permanence des soins.

Afin d’inciter les jeunes médecins à se tourner vers l’exercice libéral, le SML prône un compagnonnage élargi entre tous les étudiants en médecine à partir de la 4e année et des médecins libéraux volontaires. L’objectif de cette démarche est de faire découvrir les différentes spécialités d’exercice et de créer « un réseau social régional » entre les professionnels en activité et les jeunes en formation. Enfin, le SML entend garantir une répartition pertinente de la démographie médicale sur le territoire national. Dans les zones surdotées, l’installation d’un praticien ne serait autorisée qu’en cas de départ (fin d’activité ou retraite) d’un confrère. Cette solution permettrait, selon le syndicat, de valoriser le cabinet médical et favoriserait le rachat de clientèle.

 CH. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter