Actes pertinents : les syndicats médicaux répondent à la FHF
Brève

Actes pertinents : les syndicats médicaux répondent à la FHF

17.12.2010

La Fédération hospitalière de France (FHF) considère que des milliards d’euros pourraient être économisés en ville et à l’hôpital, si n’étaient prescrits que des actes pertinents. Elle demande que soient strictement contrôlés les actes non pertinents et les prescriptions abusives. Une prise de position qui n’est pas passée inaperçue : plusieurs syndicats médicaux contestent la vision de la FHF. Le conseil professionnel de la radiologie (G4) « refuse la maîtrise comptable de dépenses de santé suggérée par la FHF », et rappelle que les radiologues « ont de longue date proposé l’adoption d’un AcBUS (accord de bon usage des soins) ». Selon la FHF, des dizaines, voire des centaines de milliers de radiographies du crâne sont inutilement prescrites chaque année. Le G4 rétorque qu’il a fallu « attendre le mois de juin 2010 pour que la CNAM modifie les indications du libellé de la radiographie du crâne afin de privilégier, toujours en fonction des indications, d’autres techniques d’exploration comme le scanner ou l’IRM. Encore faut-il que les médecins radiologues aient accès à ces techniques, ce qui est loin d’être le cas, surtout pour l’IRM ».

L’Union nationale des médecins spécialistes (UMESPE) monte également au créneau, et rappelle être à l’origine d’un AcBUS encadrant les coloscopies pratiquées après polypectomie. Elle prie la Fédération regroupant les hôpitaux publics de bien vouloir balayer devant sa porte. « Pour des prétextes informatiques, contrairement à nos demandes répétées depuis 1997, écrit l’UMESPE, les structures hospitalières publiques refusent toujours de transmettre aux caisses d’assurance-maladie le détail des prescriptions hospitalières ainsi que le nom des différents prescripteurs. De ce fait, la FHF occulte la responsabilité individuelle du prescripteur face à une irresponsabilité administrative et collective. L’UMESPE demande à la FHF de s’occuper prioritairement de ses structures en termes de prescriptions hospitalières faites dans l’enveloppe de ville (augmentation annuelle de 7 %), (...) et incite les dirigeants de la FHF à commencer par mettre en pratique, dans ses établissements, les mêmes contraintes de maîtrise médicalisée que la médecine ambulatoire a mises en œuvre. »

lequotidiendumedecin.fr, le 17/12/2010

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter