Dépistage du VIH « hors les murs » : l’arrêté publié
Brève

Dépistage du VIH « hors les murs » : l’arrêté publié

17.11.2010

Voilà plus de quatre ans que les associations le réclamaient : l’arrêté autorisant l’utilisation des tests rapides hors des lieux habituels de dépistage est enfin paru, dans le « Journal officiel » du 17 novembre. Selon le texte, qui en fixe les conditions de réalisation, les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) de l’infection à VIH (1 et 2) peuvent être effectués, en dehors des situations d’urgence, « chez toute personne, dans son intérêt et pour son seul bénéfice, après l’avoir informée et avoir recueilli son consentement libre et éclairé ».

Parmi les personnes pouvant les réaliser, le texte inclut des non-professionnels de santé, salariés ou bénévoles intervenant dans une structure de prévention ou une structure associative impliquée en matière de prévention sanitaire, à condition qu’ils aient préalablement suivi une formation à l’utilisation des tests. Les professionnels de santé habilités sont : un médecin exerçant en cabinet libéral ; un médecin, un biologiste médical, une sage-femme exerçant dans un établissement ou dans un service de santé ; un infirmier ou un technicien de laboratoire exerçant dans un établissement ou dans un service de santé, sous la responsabilité d’un médecin ou d’un biologiste médical ; un médecin, un biologiste médical, une sage-femme ou un infirmier intervenant dans une structure de prévention ou une structure associative impliquée en matière de prévention sanitaire, à la condition que cette structure dispose de l’habilitation nécessaire. La convention d’habilitation permettant à une structure de prévention ou associative de pratiquer ces tests doit être conclue avec le directeur de l’ARS (agence régionale de santé) pour une durée de trois ans.

Ce texte vient compléter l’arrêté du 28 mai, qui avait déjà permis l’utilisation des TROD en situation d’urgence : en cas d’accident d’exposition au sang, en cas d’exposition sexuelle récente, au cours d’un accouchement et en cas d’urgence diagnostique.

Quotimed.com, le 17/11/2010

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 4

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 3

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter