Trois nouveaux loci dans le cancer de la vessie
Brève

Trois nouveaux loci dans le cancer de la vessie

25.10.2010
  • 1288017598196010_IMG_46712_HR.jpg

Le cancer de la vessie est en termes de fréquence le 4e cancer chez les hommes ; sa récidive fréquente oblige à pratiquer des examens réguliers à vie.

Parmi les facteurs de risque, outre le tabagisme et l’exposition professionnelle aux amines aromatiques, une histoire familiale de cancer de la vessie expose à deux fois plus de risque de développer ce cancer.

Il existe toutefois peu de familles ayant de multiples cas de cancers de la vessie, et l’étude de ces familles n’a pas permis d’identifier des mutations a pénétrance élevée.

Une équipe du National Cancer Institute (NIH, États-Unis) a identifié des variants dans trois nouvelles régions génomiques, qui contribuent au risque du cancer de la vessie :

– locus sur le chromosome 22q13.1 ; variant sur le chromosome 19q12 au sein du gène CCNE1(cycline E1) ; variant sur le chromosome 2q37.1 dans le gène UGT1A qui encode une famille de protéine UGT ; la perte tissulaire ou l’expression réduite des UGT a été associée à des cancers gastro-intestinaux et au cancer de la vessie.

Les prochaines études devront définir les variants fonctionnels dans les trois nouveaux loci de susceptibilité. « Cela pourrait éclairer les mécanismes biologiques de ces associations, notent les chercheurs, et poser les bases pour développer de meilleures approches préventives, diagnostiques et/ou thérapeutiques. »

« Dans le futur, avec la découverte de l’ensemble complet des facteurs de risque génétique pour le cancer de la vessie, nous pourrions avoir un outil pour identifier les personnes à haut risque de cancer de la vessie ou peut-être à haut risque de récidive après traitement », explique au « Quotidien » le Dr Rothman.

Les chercheurs envisagent d’élargir l’étude en incluant plusieurs milliers de cas supplémentaires, afin d’identifier d’autres facteurs de risque génétique du cancer de la vessie et étudier comment les variants génétiques modulent le risque de récurrence et la survie du cancer de la vessie.

« Nature Genetics», Nathaniel Rothman, Montserrat Garcia-Closas et coll., DOI: 10.1038/ng.687.

Quotimed.com, le 25/10/2010

 Dr V. N.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... Commenter

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 41

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter