Révolution dans le cancer bronchique non à petites cellules - Le pembrolizumab en passe de supplanter la chimio

Révolution dans le cancer bronchique non à petites cellulesLe pembrolizumab en passe de supplanter la chimio

Dr Alain Marié
| 13.10.2016
Plusieurs études présentées au congrès de l’ESMO (European society for medical oncology) confirment les démonstrations d’efficacité du pembrolizumab (keytruda) dans le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) à un stade avancé, en monothérapie comme en association, en première ou en seconde ligne. Plus encore, les résultats de l’étude Keynote-024 suggèrent que la chimiothérapie pouvait disparaître du traitement de première ligne - une révolution.
  • CHIMIO

L'étude Keynote-024 est un essai de phase III, randomisé, ayant inclus 305 patients présentant un cancer métastatique, non prétraité et dont les tumeurs exprimaient des taux élevés de PD-L1 (TPS ≥ 50 %).

Les patients recevaient soit 200 mg de pembrolizumab toutes les trois semaines ou 4 à 6 cycles de chimiothérapie à base de platine. Après un suivi médian de 11,2 mois, on constate que le pembrolizumab réduit le risque de progression ou de décès de 50...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 5

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... Commenter

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter