Drogues : une première salle de consommation ouverte à Paris, 400 visiteurs par jour attendus dès vendredi

Drogues : une première salle de consommation ouverte à Paris, 400 visiteurs par jour attendus dès vendredi

Damien Coulomb
| 11.10.2016
  • SHOOT

Un sévère portail de fer, un vieux bâtiment peu engageant, mais à l'intérieur : des locaux lumineux et repeints de frais de la première salle de consommation à moindre risque (SCMR), inaugurée ce mardi 11 octobre par la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine. Cette salle « représente une avancée majeure pour la santé publique dans notre pays, une réponse innovante et courageuse à une situation d’urgence sanitaire », a déclaré Marisol...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commenter 13 Commentaires
 
Pierre V Médecin ou Interne 12.10.2016 à 15h45

Les salles d'injection supervisées dans tous les pays où elles existent ont prouvé leur efficacité en termes de réduction des risques et d'accès au soins et aux droits sociaux d'une population Lire la suite

Répondre
 
C. Normal Médecin ou Interne 12.10.2016 à 14h34

Pour beaucoup des sans-dents ayant la 'condescendance' amène présentielle :

Les dangers des médicaments et des drogues sur la santé dentaire : http://www.danger-sante.org/medicaments-dents/ Lire la suite

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 12.10.2016 à 09h29

Est-ce qu'un consommateur accro vaut moins qu'un lycéen fumeur propre sur lui au point qu'on ne souhaite pas activer la sortie de la consommation ? Pour les lycéens, on sait "donner l'exemple Lire la suite

Répondre
 
Catherine H Infirmier 12.10.2016 à 13h19

Il ne s'agit pas du tout de cannabis, mais de drogues injectables, qui posent des problèmes bien différents de la consommation de joints. Il est vraisemblablement interdit de fumer dans cette salle Lire la suite

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 13.10.2016 à 08h50

On voit que tu ne connais pas les personnes fragilisées là dedans

Répondre
 
MARC P Autre Professionnel Santé 11.10.2016 à 22h10

Les locaux de la salle de shoot sont "adossés à l'hôpital Lariboisière", quartier des classes (très) populaires de Paris. Les socialistes n'allaient quand même pas les "adosser" au Jardin du Lire la suite

Répondre
 
KC Pharmacien 12.10.2016 à 10h31

Ces salles n'ont d'intérêt que lorsqu'elles se situent à proximité de "scènes ouvertes" de consommation. En ouvrir une au jardin du Luxembourg ne servirait à rien !

Répondre
 
Arnaud D Médecin ou Interne 11.10.2016 à 20h13

Lutte anti-tabac avec le paquet neutre d'un côté .....facilitation de la consommation de drogues de l'autre côté !!!! Les 850000€ auraient dû être donné à la police pour lutter contre les dealers.

Répondre
 
albert w Médecin ou Interne 13.10.2016 à 11h52

Vous avez raison

Répondre
 
Bérengère T Médecin ou Interne 15.10.2016 à 13h12

Oui. Et cette salle de shoot ouvre ses portes à grand renfort de bruit médiatique quelques jours après la tentative d'assassinat de deux policiers par un groupe probable de dealers! Ce gouvernement Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter