En Auvergne, une mairie en quête d'un généraliste veut être reconnue « désert médical »

En Auvergne, une mairie en quête d'un généraliste veut être reconnue « désert médical »

Christophe Gattuso
| 03.10.2016
  • recherche medecin

Courpière, commune de 4 300 habitants du Puy-de-Dôme, est à la recherche d'un généraliste depuis le départ brutal, en août, de l'un de ses trois médecins de famille. « Nous ne nous y attendions pas, explique Christiane Samson, maire de Courpière. C'était un jeune médecin qui avait environ 35 ans et exerçait ici depuis sept ou huit ans. »

L'édile a pris le taureau par les cornes. « Le lendemain du départ de ce médecin, déjà des habitants me demandaient, "mais que fait le maire ? ". » Comme de nombreuses petites villes de l'Hexagone, la mairie propose de prendre à sa charge pendant un an le loyer et les charges afin de faciliter l'installation d'un nouveau praticien, comme l'a révélé « La Montagne ». « Nous avons ouvert notre bourse comme nous avons pu », précise Christiane Samson, évoquant un effort d'environ 6 000 euros.

Être éligible aux primes

De nombreuses petites annonces ont été postées sur les supports de communication traditionnels (dont les annonces du « Quotidien ») et les réseaux sociaux (Facebook). 

Surtout, la municipalité, avec le soutien des professionnels de santé du secteur, a demandé à l'agence régionale de santé (ARS) d'Auvergne-Rhône-Alpes de pouvoir bénéficier d'un classement en zone de désertification médicale. « Cela nous permettrait d'ouvrir les critères d'aide à l'installation », explique Christiane Samson, qui cite la nouvelle prime de 50 000 euros prévue dans la nouvelle convention médicale.

Cette prime peut en effet être allouée à tout médecin s'il s'engage à exercer pendant cinq ans en tarifs opposables dans une zone sous-dense et promet dans un délai de deux ans d'exercer en groupe, d'appartenir à une communauté professionnelle territoriale de santé ou à une équipe de soins primaires.

« Deux généralistes pour plus de 4 000 habitants, ce n'est pas suffisant, il nous en faut au moins un troisième », insiste la maire de Courpière, bien décidée à activer tous les leviers. Il y a dix ans, sa commune comptait neuf médecins.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
pierre b Médecin ou Interne 04.10.2016 à 21h06

50000 euros ! à condition que...
à condition que...
à condition que ...
bien sur non-renouvelable juste pour être ferré
sans doute avec une limite d'âge
etc etc
et surtout pas être salarié Lire la suite

Répondre
 
MICHEL S Médecin ou Interne 04.10.2016 à 19h48

Madame le Maire, il n'y a pas que chez vous. C'est général, la faute au Numerus clausus et à ceux qui l'ont inventé.
Il n'ont pas tenu compte de l'allongement de la duré de vie ni de l'explosion du Lire la suite

Répondre
 
Michael F Médecin ou Interne 04.10.2016 à 07h17

9 médecins il y a 10 ans, vous pouvez être sûrs que la quantité de consultations inutiles devait être impressionnant

Répondre
 
Francis Médecin ou Interne 03.10.2016 à 22h43

2 médecins pour 4000 habitants : c'est très suffisant .
Bien sûr, le lotissement supplémentaire dont vous rêvez probablement, comme tous les petits maires de campagne, est compromis : tant mieux, Lire la suite

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 03.10.2016 à 16h54

"Deux généralistes pour plus de 4 000 habitants, ce n'est pas suffisant, il nous en faut au moins un troisième" non, madame le maire, il ne faut plus raisonner en ces termes statistiques. Enlevez les Lire la suite

Répondre
 
ANDRE R Médecin ou Interne 04.10.2016 à 14h48

+ 1, le résumé qui devrait être envoyé à tous les maires en recherche de médecin

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 63

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter