Vaccination : les généralistes veulent des mesures pour retrouver la confiance des patients

Vaccination : les généralistes veulent des mesures pour retrouver la confiance des patients

Betty Mamane
| 29.09.2016
  • Vaccination

« Les médecins généralistes sont en majorité convaincus de l'importance de la vaccination, mais dans un contexte de débats publics et de polémiques, ils manquent de moyen pour convaincre leurs patients et pour contrer le discours des anti-vaccins », alerte le Pr Luc Martinez, président de la Société française de médecine générale (SFMG). Et de faire parler les résultats de l'étude DIVA*, réalisée auprès de 1 069 praticiens par la société savante.

Idées préconçues, tabous et croyances

Un médecin généraliste sur deux évoque, parmi les facteurs les plus défavorables, « Les connaissances et les idées préconçues des patients à propos de la vaccination ainsi que le lien entre la maladie et les tabous, les croyances ou les normes comportementales », rapporte l'enquête, précisant que 2 sur 3 disent manquer de temps pour en discuter avec eux dans le cadre de leurs consultations.

Neuf médecins sur dix sont favorables à la vaccination, mais des réticences s'expriment selon le type de vaccins. Plus de 8 généralistes sur 10 ont déclaré avoir pour habitude de prescrire les vaccins prévus par le calendrier vaccinal, mais environ un quart n'étaient pas d’accord pour les infections à pneumocoque (22,4 %) et pour les infections à HPV, à l'origine de cancers du col de l'utérus et de la gorge (27,7 %). Près d’un quart des médecins interrogés ont par ailleurs émis un avis « défavorable » ou « très défavorable » concernant la présence d’adjuvants dans les vaccins.

Mauvaise communication, ruptures de stocks, historique vaccinal

Les médecins voient aussi des explications dans le recul de la vaccination. Un sur 3 désigne comme un frein la mauvaise communication des pouvoirs publics – notamment les modifications annuelles apportées au calendrier vaccinal – et par les médias. Les praticiens mettent aussi en cause les difficultés d'accès aux informations nécessaires concernant l'historique vaccinal des patients ainsi que les problèmes posés par les ruptures de stocks de vaccins.

S'appuyant sur ce constat, la SFMG formule 3 recommandations. Elle demande à ce que « l’information vaccinale soit désormais centralisée afin que les médecins traitants puissent recevoir toute modification relative au calendrier vaccinal de leurs patients ». Elle appelle en outre l'agence Santé publique France à organiser « une campagne de communication positive et ambitieuse en direction des professionnels de santé et des patients » et le gouvernement « à mettre en place les conditions nécessaires pour assurer une production industrielle sans rupture ».

La SFMG présentera DIVA, vendredi 30 septembre, au Comité d’orientation national de la vaccination présidé par le Pr Alain Fisher. Le 5 octobre, un débat sera animé par la société savante sur le même sujet en présence de médecins, parlementaires, institutionnels et parlementaires. Une tribune sera adressée à cette occasion à la ministre de la Santé faisant écho à la concertation citoyenne qu'elle a lancée mi septembre.

En appui de son étude, la SFMG, souligne quatre points importants relatifs à l'insuffisance de couverture vaccinale en France :

- L’insuffisante couverture vaccinale contre la rougeole explique l’épidémie de la maladie observée depuis 2008 avec, jusqu’en 2011, plus de 18 500 cas de rougeole déclarés et 10 décès.

- Moins de 25 % des adolescents sont vaccinés contre le Méningocoque C, et la couverture vaccinale contre le papillomavirus n’est que de 17,6 % chez les jeunes filles.

- Chez les adultes, la vaccination contre la grippe chute depuis 2009 et ce, même chez les personnes à risque.

- La vaccination contre le pneumocoque est encore trop rarement effectuée, même chez les patients immunodéprimés pourtant les plus à risque.
 

*« Déterminants des intentions de vaccination des médecins généralistes français », une étude menée entre 2013 à 2015 pour connaître les freins et les leviers d’action qui existent au sein même de la profession.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
AD24 Médecin ou Interne 30.09.2016 à 13h44

La couverture vaccinale contre le papillomavirus n’est que de 17,6 % chez les jeunes filles.... Et elle est de 0% chez les garçons..!!
Si on voulait vraiment protéger les jeunes filles et s'il n'y Lire la suite

Répondre
 
JMS Médecin ou Interne 30.09.2016 à 09h40

Il faut absolument maintenir, et étendre à la vaccination rougeole, la notion de vaccin obligatoire. nombre de parents n'acceptent la vaccination qu'à cette condition, gage pour eux de sécurité et de Lire la suite

Répondre
 
MARC P Autre Professionnel Santé 29.09.2016 à 22h22

Face à une population qui avec l'internet se considère davantage informée qu'autrefois, l'excès de "pathos" (dramatisation sommaire et à outrance, culpabilisation) est totalement contre-productif. Lire la suite

Répondre
 
KLAUSS Médecin ou Interne 30.09.2016 à 01h43

Ouh là là mai qu'est ce qu'il demande celui - ci au lambda ! (raisonnement cartésien)vous croyez qu'ils parlent et comprennent les termes techniques et qu'ils parlent le latin couramment ? Même sur Lire la suite

Répondre
 
bernard p Médecin ou Interne 29.09.2016 à 21h28

Je ne suis pas un antivaccinal bien au contraire, mais je suis épuisé par l'énergie qu'il faut dépenser pour trier l'information.
Ce qui fait douter le public c'est l'absence de transparence dans Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter