A quoi sert le « plan blanc » ?

A quoi sert le « plan blanc » ?

Marie Foult
| 15.07.2016

À la suite de l'attentat survenu hier soir à Nice, où un camion a fauché et tué au moins 84 personnes sur la promenade des Anglais, le plan blanc a été déclenché vers 23 heures, par le CHU de Nice. Une ligne téléphonique pour les familles des victimes (04 93 72 22 22) a également été mise en place.

Ce plan, spécifique à l'hôpital, est réservé à « un événement exceptionnel à conséquences sanitaires graves, dépassant les capacités immédiates de réponses adaptées », selon le ministère de la Santé. Déclenché par le directeur de l'hôpital ou à la demande du préfet, il permet de répondre à un afflux massif de patients et de victimes. Une cellule de crise est immédiatement mise en place.

Les professionnels de santé sont ensuite mobilisés. Le plan blanc permet une coordination avec le SAMU et les urgences pour prendre en charge et orienter les patients. Le personnel présent est maintenu sur place et le reste du personnel est rappelé graduellement. Un accueil spécifique et une écoute des proches sont également organisés.

Un volet du plan concerne la gestion des places hospitalières, avec des sorties anticipées de patients si nécessaire, mais aussi des blocs chirurgicaux, qu’il faut libérer au besoin des opérations non urgentes prévues. 

Le plan ORSEC aussi activé

Les victimes sont ensuite réparties dans des unités spécifiques « en fonction de la nature et de la gravité de leurs pathologies, les capacités d'accueil sont adaptées tout en maintenant les activités courantes de l'établissement », comme l'explique une fiche sur le site du gouvernement.

Le plan blanc permet aussi de recenser et de mobiliser les produits de santé et les équipements médicaux, de renforcer les moyens de communication à destination des proches ou encore de sécuriser l'établissement.

Ainsi à la fondation Lenval, hôpital pédiatrique situé à proximité de la promenade des Anglais, où une cinquantaine d'enfants ont été hospitalisés, « le plan blanc a permis de prendre en charge toutes les urgences vitales », assure la direction de l'établissement au « Quotidien ».

La dernière activation du plan blanc remonte aux attentats du 13 novembre 2015, à Paris et Saint-Denis. Parallèlement au plan blanc, le plan ORSEC, pour organisation de la réponse de sécurité civile, a également été déclenché à Nice.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
justice! Médecin ou Interne 15.07.2016 à 21h11

Plan blanc et réquisition Quid des Medecins et infirmiers de l'hôpital qui touche la prime d'exclusivité mais qui travaille pour certains au noir pour des sociétés d'assistance voyage voir crash à la Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Antibiorésistance : l'OMS publie la liste des bactéries pour lesquelles la recherche de nouveaux antibiotiques est prioritaire

OMS

Pour mieux lutter contre l'antibiorésistance, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie ce lundi une liste des bactéries résistantes... Commenter

Place des cliniques dans la présidentielle : la FHP délivre ses bons et mauvais points

fhp

Attentive à la tournure de la campagne électorale où la santé et la protection sociale tiennent une bonne place, la Fédération de... Commenter

La société Ophta City condamnée à 30 000 euros d'amende pour exercice illégal de la médecine

Poursuivie par l'Ordre des médecins, l'ARS des Hauts-de-France, la caisse primaire d'assurance-maladie du Nord et par le Syndicat national... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter