Après la mort de l'ancien Premier ministre - C'est le rocardisme que la gauche récuse

Après la mort de l'ancien Premier ministreC'est le rocardisme que la gauche récuse

Richard Liscia
| 07.07.2016
La France rend hommage aujourd'hui à Michel Rocard, ancien Premier ministre de François Mitterrand, décédé la semaine dernière. Le chef de la « deuxième gauche » incarnait à lui seul la réforme du socialisme. Il rêvait de faire de la gauche une force de gestion capable de moderniser notre pays et partageait avec Jacques Delors l'idée d'une action fidèle au socialisme mais en accord avec l'économie de marché. Aujourd'hui, Manuel Valls, qui s'inspire d'un homme avec lequel il a beaucoup travaillé, et Emmanuel Macron peuvent être considérés comme les émules de Rocard.
  • C'est le rocardisme que la gauche récuse

Manuel Valls  a largement expliqué ce que Michel Rocard représentait pour lui, à la fois sur le plan personnel et sur le plan politique. Il ne s'est pas servi de cette filiation pour combattre les arguments des frondeurs du PS très hostiles à son action. Eux-mêmes n'ont pas cru utile de dire que ce qu'ils rejettent, ce sont les idées de la « deuxième gauche », celle qui a structuré les réformes allemandes, le programme de Bill Clinton et la politique économique de Tony Blair. Si...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
ROSP

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre de 2016. La prime moyenne des seuls généralistes atteint 6 983 euros (+3,4 %). La CNAM dresse un bilan positif de ce système mais a programmé sa mue dans la nouvelle convention. Points noirs : la vaccination et certains dépistages. 2

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... Commenter

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... 4

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter