Le DMP, comment ça marche : un décret au « JO » donne le mode d'emploi

Le DMP, comment ça marche : un décret au « JO » donne le mode d'emploi

Henri de Saint Roman
| 05.07.2016
  • dmp

La reprise en main du dossier médical partagé (anciennement personnel) par l'Assurance-maladie est définitivement actée avec la parution ce mardi 5 juillet d'un décret qui en précise les contours.

Création, clôture, alimentation, contenu, personnes autorisées à le consulter, responsabilité de l'Assurance-maladie : tout ou presque figure dans ce texte. Attendu depuis la loi de Santé de Marisol Touraine, ce décret permet aux équipes de Nicolas Revel de passer aux choses sérieuses dans le développement du DMP V.2, après douze années de valse-hésitation sous la houlette du GIP-DMP, puis de l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (ASIP-Santé).

DMP, quésaco ?

Le texte définit ce qu'est un DMP. C'est un dossier médical numérique destiné à favoriser la prévention, la qualité, la continuité, et la prise en charge coordonnée des soins des patients.

Qui peut ouvrir un dossier ?

Il peut être créé par l'assuré, par un professionnel de santé, par un agent de l'Assurance-maladie, par le personnel d'accueil des établissements de santé, des laboratoires de biologie médicale ou des services sociaux et médico-sociaux, après consentement du patient. Le titulaire est informé de ses modalités d'accès et de celles des professionnels de santé. Il peut décider de clôturer son dossier à tout moment. Celui-ci sera cependant archivé pendant dix ans après la décision.

Que contient le DMP ?

Outre l'état-civil complet de son titulaire, on y trouve les vaccinations, les synthèses médicales, les lettres de liaison, les comptes rendus de biologie, d'examens d'imagerie médicale, les actes diagnostiques et thérapeutiques réalisés, et les traitements prescrits. Ces informations doivent être versées au dossier le jour de la consultation ou de l'examen à l'origine de leur existence, et au plus tard le jour de la sortie du patient après une hospitalisation, précise le décret.

On y trouve aussi toutes les informations que le titulaire juge utile d'y faire figurer (comme les allergies), les données de remboursement de l'Assurance-maladie, celles issues du dossier pharmaceutique (DP), les directives anticipées, le nom du médecin traitant, la liste des professionnels autorisés à accéder au DMP, et celles de ceux à qui cet accès est refusé par le titulaire.

Quel sont les droits du titulaire ?

Il peut accéder comme il l'entend à son dossier. L'Assurance-maladie est tenue de mettre à sa disposition les moyens lui permettant d'y intégrer les données qu'il juge utile d'y faire figurer. Il ne peut, sauf motif légitime, s'opposer à ce que les professionnels de santé qui le prennent en charge aient accès à son dossier et y versent les informations qu'ils jugeront utile d'y faire figurer. Il ne peut pas non plus supprimer les données qu'il n'a pas lui-même ajoutées au dossier, mais peut en demander la suppression, s'il existe un motif légitime, auprès de celui qui les y a intégrées.

Il peut en revanche modifier à sa guise les éléments qu'il a lui-même mis dans le dossier. De la même manière, le titulaire peut décider que certaines informations ne sont pas accessibles aux professionnels de santé habituellement autorisés, sauf à celui qui les y a versées, et à son médecin traitant.

Quelles sont les obligations des professionnels de santé ?

Les membres de l'équipe de soins d'un patient sont réputés avoir un droit d'accès à son DMP. S'ils n'en font pas partie, l'accord du titulaire est requis. Un professionnel de santé peut rendre provisoirement inaccessible au titulaire d'un dossier une information y figurant s'il juge qu'elle ne peut pas lui être communiquée sans accompagnement. Elle doit cependant lui être délivrée dans un délai de 15 jours. Enfin, le médecin traitant a accès à l'ensemble du DMP, y compris aux informations rendues inaccessibles par son titulaire.

Plus généralement, le décret confirme que c'est désormais l'Assurance-maladie qui est aux manettes du déploiement du DMP. Il précise qu'elle doit mettre en place tous les moyens techniques et organisationnels permettant son accessibilité et sa sécurité via un site Internet, une application ou un logiciel métier. Sans attendre la parution de ce texte, l'Assurance-maladie a commencé à tester la V2 du DMP sur quatre territoires expérimentaux, et compte lancer son déploiement dès le quatrième trimestre 2016.

Marisol Touraine y croit. La ministre de la Santé a indiqué le 4 juillet que, « dès 2017, tous les citoyens pourront, s’ils le souhaitent, créer en quelques clics leur dossier médical partagé ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
JEAN FRANCOIS C Médecin ou Interne 06.07.2016 à 17h36

... sans compter que ce DMP va devenir un puissant outil d'inquisition qui risque de se retourner contre les médecins en cas de présumée erreur, défaut de tenue préjudiciable au malade, etc. Les tribu Lire la suite

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 06.07.2016 à 17h10

Il suffit de développer un peu l'historique des remboursements d'améli pro,. c'est largement suffisant.

Répondre
 
hugues T Médecin ou Interne 06.07.2016 à 10h40

"au plus tard le jour de la sortie en cas d'hospitalisation" : c'est MST qui va dicter les courriers?

Répondre
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 06.07.2016 à 09h34

POURQUOI UN DMP ? IL Y A DEJA FACEBOOK !
Cela marche mieux qu'AMELIE et en plus les gens peuvent mettre leurs photos...
DMP = Direct Ma Poubelle.

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 06.07.2016 à 08h45

M'en fous ! mon vieux logiciel n'est plus mis à jour et ne peut accéder ou faire du DMP. Encore une dépense inutile que fait l'assurance-maladie et qui va augmenter son passif, donnant prétexte au Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter