Compétences élargies des sages-femmes, promo du ministère : pour les gynécos, la coupe est pleine

Compétences élargies des sages-femmes, promo du ministère : pour les gynécos, la coupe est pleine

Marie Foult
| 28.06.2016
  • SAGE FEMME

Les gynécologues obstétriciens n'apprécient pas du tout le récent décret qui élargit les compétences des sages-femmes et la campagne publicitaire sur le site du ministère de la Santé pour inciter les femmes à consulter les sages-femmes.

Après le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF), qui s'était ému du fait que les sages-femmes puissent prescrire des arrêts de travail de quatre jours après une IVG médicamenteuse, tous les principaux syndicats et sociétés savantes de la gynécologie-obstétrique montent ensemble au créneau.

Dans un communiqué commun, le Syndicat des gynécologues et obstétriciens libéraux (SGOL), le Collège national des gynécologues obstétriciens de France (CNGOF), la Société française de gynécologie (SFG), la Fédération des collèges de gynécologie médicale (FNCGM), le SYNGOF et le Syndicat des gynécologues médicaux (SGM) dénoncent une « tentative supplémentaire de monter deux professions l'une contre l'autre alors qu'elles ont toujours travaillé ensemble ».

Chacun son périmètre

Les six signataires font valoir que les compétences des sages-femmes concernent la physiologie comme le diagnostic, la surveillance de la grossesse ou la préparation psychoprophylactique à l'accouchement, « les problèmes pathologiques gynéco-obstétricaux ayant vocation à être traités par des médecins ».

S'agissant de l'accès aux soins, « il n'y a aucune garantie que les déserts médicaux seront comblés par les sages-femmes, à qui seraient dévolus les soins primaires des femmes et enfants », assène le communiqué.

De surcroît, déplorent les signataires, « le gouvernement suggère que le fait de consulter une sage-femme est identique en termes d'accès aux soins au fait de consulter un médecin, alors que les niveaux de formation et de compétences ne sont pas les mêmes ». Ils soulignent aussi que le niveau de responsabilité n'est pas le même. Il peut en résulter « une perte de chances pour les femmes en raison d'un retard au diagnostic et à la mise en place d'un traitement adéquat ».

Cet avertissement intervient alors que Marisol Touraine vient de lancer une vaste campagne d'information sur le rôle et les compétences des sages-femmes, récemment élargies par la loi de santé. Celle-ci se traduira par des affiches et des dépliants disponibles dès le 24 juin dans les plannings familiaux, les centres de PMI…

Le respect des qualifications

« Les instances professionnelles [...] mettent en garde les autorités contre toute manœuvre politicienne visant à contourner les étapes de la qualification médicale ou la couverture assurantielle pour des actes médicaux, qui n'a pas vocation à couvrir une situation générée par une sage-femme », avertissent les représentants de la gynécologie-obstétrique.

L'Organisation nationale des syndicats de sages-femmes (ONSSF) avait immédiatement répondu aux premières critiques émanant du SYNGOF. Elle assurait que les sages-femmes « connaissent parfaitement leurs compétences et leurs limites » et que « si la physiologie est leur spécialité, elles savent aussi dépister la pathologie et les situations à risques, et avoir recours au médecin ». L'ONSSF précisait que les sages-femmes, depuis 1985, peuvent prescrire un arrêt de travail de 15 jours dans le cadre de la grossesse. « Le SYNGOF, par sa publication, ne discrimine pas seulement la profession de sage-femme mais lance une attaque directe envers les femmes [...] et remet en question leur droit à bénéficier d'un arrêt de travail », écrivait l'organisation syndicale.

« Où est le corporatisme ? Chez ceux qui proposent aux femmes de se faire avorter un jour férié plutôt que de voir la compétence des sages-femmes élargie [...] ? », taclait même l'ONSSF, invitant les sages-femmes et les femmes à « ne pas attacher d'importance aux attaques qui révèlent des peurs ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 17 Commentaires
 
LAURENT V Médecin ou Interne 01.07.2016 à 23h35

Toujours et encore l’esprit de la loi Chevandier.

Notre très respectable collège conteste aux sages-femmes la possibilité de faire un arrêt de travail dans le cadre de l’IVG. Derrière lui Lire la suite

Répondre
 
ZOSTRA Médecin ou Interne 03.07.2016 à 11h34

"Bravo" c'est le meilleur texte que j'ai lu sur QDM et je suis tout à fait pour!

Répondre
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 02.07.2016 à 17h55

Monsieur le médecin gynécologue, je ne sais pas quel poste exact vous occupez dans votre centre d'orthogénie, mais vous pouvez commencer par donner le bon exemple aux gynécologues de ville "aux Lire la suite

Répondre
 
JEAN LUC P Médecin ou Interne 29.06.2016 à 13h53

La question est grave par ces droits donnés aux sages femmes (bac +5) en concurrence avec des médecins spécialistes (bac +11 ou 13) et qui apparaissent comme une trahison pour les jeunes interne en Lire la suite

Répondre
 
Gaia Sage femme 03.07.2016 à 08h38

Mais les sages femmes ne cessent depuis 10 ans de réclamer une baisse de leur numerus clausus! Les libérales crèvent de faim : le revenu moyen d'une sage femme libérale est de 22 000€ par an. C'est Lire la suite

Répondre
 
ERIC P Médecin ou Interne 29.06.2016 à 19h44

En effet, bien parlé... néanmoins, le problème date depuis des années et de nombreux médecins ont déjà tiré le signal d'alarme... il y a même eu une pétition lancée par la fédération nationale de Lire la suite

Répondre
 
JEAN B Médecin ou Interne 29.06.2016 à 13h01

Racolage démagogique de la Sinistre de la santé; son but, utiliser les sage-femmes pour pouvoir taxer les médecins de corporatisme vénal, et les rendre odieux dans leurs justes revendications. A Lire la suite

Répondre
 
YVES R Médecin ou Interne 29.06.2016 à 12h09

Ce qui m'émeut, c'est qu'un gynécologue obstétricien refuse à une patiente en état vagal, un bon de transport pour entrer chez elle (grève des trains) et un arrêt de travail d'une journée après un Lire la suite

Répondre
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 29.06.2016 à 10h23

LA FEMME EST L'AVENIR DE L'HOMME. (Pour certaines, elles en sont encore là !).
Oui, c'est assez classique comme méthode de diviser pour mieux régner. Ces derniers temps, certaines catégories de Lire la suite

Répondre
 
ZOSTRA Médecin ou Interne 28.07.2016 à 15h48

"la femme est l'avenir de l'homme" non "le logiciel matriarcal est l'avenir de l'homme et l'enfant"maman t'es où?,maman t'es où? comme chante stromae en version masculine.

Répondre
 
ZOSTRA Médecin ou Interne 03.07.2016 à 12h33

Attention on est pas chez les doulas!

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter