Acculés par la charge de travail, des médecins normands menacent de fermer leur cabinet

Acculés par la charge de travail, des médecins normands menacent de fermer leur cabinet

Stéphane Long
| 25.06.2016
  • Blangy

Révoltés, épuisés, incompris, découragés… les médecins de Blangy-sur-Presle, en Seine-Maritime, sont sur le point de jeter l’éponge. Le 30 septembre prochain, ils pourraient tout bonnement fermer leur cabinet médical si aucun confrère ne venait en renfort et si l’appel à l’aide lancé auprès de la mairie restait lettre morte.

Il y a quelques mois encore, le cabinet tournait avec 5 généralistes. Après le départ imminent de deux d’entre eux, ils ne seront plus que trois, dont deux praticiens retraités exerçant à temps partiel, pour assurer la prise en charge de près de 8 000 patients du village et des environs. Une charge de travail impossible à tenir pour le Dr Pierre Loin, qui a déjà prolongé son activité de deux ans.

« Cela représente 40 000 actes par an. Il faudrait être au moins deux médecins pour supplémentaires pour bien faire », explique-t-il au « Quotidien ». Il précise que lui et ses confrères ont multiplié les démarches depuis plusieurs mois pour faire venir des généralistes... sans succès.

Des charges trop importantes

Le départ de plusieurs praticiens met également en péril l’équilibre financier du cabinet. Avec deux secrétaires à temps plein, les charges (110 000 à 120 000 euros par an) deviennent trop importantes pour les professionnels en place. Sans solution, ils ont demandé l’aide de la mairie. « On est prêt à faire un effort de notre côté pour maintenir l’activité, mais on ne peut pas tout financer, on a besoin d’être soutenu », justifie le Dr Olivier Duprez, 55 ans.

Pour le médecin, un coup de pouce financier de la mairie serait surtout un atout pour faire venir des confrères, qui pourraient être rebutés par le montant des charges. « Dans d’autres communes confrontées au problème de la désertification, c'est ce qui se fait, soit à travers des aides financières, soit en payant le loyer du cabinet, soit en prenant en charge une secrétaire. Tout le monde doit se mobiliser pour faire venir des médecins », poursuit le Dr Duprez. 

Refus catégorique du maire

Contacté par « le Quotidien », le maire de la commune, Éric Arnoux, rappelle qu’il a déjà fait un effort en prenant en charge le loyer du cabinet médical, propriété de la mairie. Mais il explique qu’il ne peut pas aller plus loin. « Les questions de santé relèvent aujourd’hui de la compétence de la communauté de communes », justifie-t-il. Une manière de botter en touche ? « Non pas du tout. C’est une question de légalité. Et puis, à titre personnel, cela me heurte », répond-il.

Éric Arnoux pointe du doigt la gestion du cabinet médical : « Je comprends le désarroi des médecins. Mais ce n’est pas à la commune de payer. C’est aux professionnels d’adapter leurs charges. Ils exercent à trois [l'équivalent de deux temps pleins, NDLR] et ils ont deux secrétaires… »

Pour le maire, une aide financière permettrait de maintenir l’activité du cabinet, mais pas de faire venir des médecins. La construction, d'ici à 18 mois, d'une maison médicale sur la commune complique encore l'affaire. « Est-ce que je dois trouver des médecins pour la population ou pour faire baisser les charges d’un cabinet médical. Qu’est-ce que je devrais dire à un médecin qui veut s’installer chez nous mais exercer en solitaire ? », argumente l’élu. La commune aurait engagé des actions et serait en discussion avec un cabinet de recrutement pour trouver des candidats.

L’affaire laisse un goût amer aux médecins du village. « On se sent totalement abandonnés. On nous reproche d’être des nantis… On demande juste du soutien. Moi cela fait deux ans que je devrais être à la retraite et que je continue pour mes patients », confie, désabusé, le Dr Loin.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 30 Commentaires
 
Salters75 Médecin ou Interne 29.06.2016 à 10h13

C'est à la sécu de payer le secrétariat médical qui fera l'administratif et un ide qui prendra les constantes avant la consultation médicale. Le médecin lui ne doit faire que de la médecine. Ce Lire la suite

Répondre
 
KLAUSS Médecin ou Interne 28.06.2016 à 23h58

allez encore une "désertification de plus",mais dans tout cela POURQUOI ON N'INTERROGE PAS LE LAMBDA,citoyen de cette commune
OUI JE VEUX UN MÉDECIN GENERALISTE
NON,JE VEUX UNE MAISON MÉDICALE
et Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 27.06.2016 à 16h42

8000 actes par an, c'est banal pour un généraliste avec sa conjointe-collaboratrice. J'aimerais bien que la mairie me paye mon loyer... Je ne comprends pas trop leur desiderata. Je pensai en Lire la suite

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 26.06.2016 à 20h32

Pourquoi toujours tout ramener au tarif de la consultation? On peut même raisonner par l'absurde: Un C trop élevé pourrait inciter les médecins à travailler moins. Cette remarque concerne peu les Lire la suite

Répondre
 
BRUNO G Médecin ou Interne 26.06.2016 à 18h33

Ce triste constat n'est que la conséquence de ne pas vouloir "honorer" le médecin à ce qu'il vaut....
Etat pris en cisaille pour ne pas vouloir augmenter les comptes sociaux, mais faire du social, Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
ROSP

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre de 2016. La prime moyenne des seuls généralistes atteint 6 983 euros (+3,4 %). La CNAM dresse un bilan positif de ce système mais a programmé sa mue dans la nouvelle convention. Points noirs : la vaccination et certains dépistages. 2

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... Commenter

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... 5

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter