La CSMF quitte les négos : « Nous ne voulons pas d'une convention à l'ancienne », clame le Dr Ortiz

La CSMF quitte les négos : « Nous ne voulons pas d'une convention à l'ancienne », clame le Dr Ortiz

Christophe Gattuso
| 23.06.2016
  • ortiz

LE QUOTIDIEN : Pourquoi avoir décidé hier de quitter la table des négociations conventionnelles ?

Dr JEAN-PAUL ORTIZ : La négociation a commencé il y a quatre mois et qu'observons-nous ? Les propositions de la Caisse, dans l'immense majorité des cas ne sont pas chiffrées. L'Assurance-maladie ne cesse de nous répéter que son enveloppe est contrainte. Son message est le suivant : si on fait ça, on ne pourra pas faire autre chose. La CNAM se dit prête à passer le C à 25 euros mais prétend qu'elle ne pourra pas dans le même temps mettre en place la grille tarifaire hiérarchisée pour la consultation. Elle propose de revoir la CCAM mais avec des actes rares en hausse et d'autres plus courants en baisse. La Caisse est dans une logique comptable et dispose d'une enveloppe que nous ne connaissons toujours pas. Nous n'avons aujourd'hui aucune perspective claire pour avoir une vraie convention qui permette de construire l'avenir. Nous sommes prêts au virage ambulatoire pour peu que l'on nous en donne les moyens. 

La Caisse a tout de même fait plusieurs propositions sur la sécurisation du régime ASV, les aides à l'installation, le forfait structure, la hiérarchisation des consultations… Tout est-il à jeter ?

Il y a des points sur lesquels nous avons eu l'impression d'avancer, je pense à la grille tarifaire de consultation à quatre niveaux. La CNAM a commencé à travailler sur ce principe et a ciblé des consultations lourdes — cela mérite d'être enrichi. Mais on nous dit qu'on ne peut pas avoir le C à 25 euros et la grille tarifaire. On ne peut pas raisonner comme cela, ce n'est pas possible. La CNAM propose des aides à l'installation pour les jeunes (50 000 euros sur deux ans) mais veut supprimer les aides aux 2 000 médecins déjà installés en zone fragile. Et pour le forfait structure, Nicolas Revel recycle la centaine de millions d'euros de l'actuel volet « organisation du cabinet » de la ROSP. On est dans du recyclage de ce qui existait précédemment. Il n'y a aucune avancée. Nous ne voulons pas d'une convention à l'ancienne avec un ou deux euros supplémentaires. Nous avons besoin d'un nouveau souffle.

La CSMF a estimé à 1,5 milliard d'euros l'enveloppe pour restructurer la médecine libérale dans la future convention. L'Assurance-maladie est-elle prête à cet effort ?

Nous avons établi ce chiffrage en tenant compte de la situation économique du pays. La CSMF a toujours été un syndicat conventionniste qui a porté toutes les grandes évolutions de la médecine libérale grâce à sa force de proposition et à ses engagements. Mais nous ne sommes pas en capacité aujourd'hui de faire avancer nos propositions et encore moins de nous engager. J'en appelle au gouvernement pour savoir quelles sont les priorités dans ce pays. Veut-il orienter le système de santé vers la médecine libérale plutôt que l'hôpital qui est particulièrement coûteux ? Veut-il nous donner les moyens de faire de la coordination des soins pour garder à domicile les personnes âgées ? Le gouvernement n'a pas pris la mesure de la crise de la médecine libérale. Il doit faire des choix, la balle est dans son camp.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 22 Commentaires
 
YVES R Médecin ou Interne 24.06.2016 à 19h45

Conventexit conventexit conventexit, a quand un référendum pour les medecins?

Répondre
 
FREDERIC L Médecin ou Interne 23.06.2016 à 20h43

Il y aura bien MG France qui dira amen comme d'hab

Répondre
 
Jean-Bernard S Médecin ou Interne 23.06.2016 à 23h44

Et que fais-tu de ses propositions pour sauver ton métier ???

Répondre
 
justice! Médecin ou Interne 24.06.2016 à 09h09

Comme le CAS entubateur de remboursement pour les patients etc.

Répondre
 
JEAN PAUL V Médecin ou Interne 23.06.2016 à 19h55

Nous ne sommes plus dans le contexte des années 80 où il y avait une pléthore de médecins et où nous étions suspendus au bon vouloir des caisses et des mutuelles. Nos syndicats doivent être les Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 23.06.2016 à 17h47

Moi, j'aimerais bien une convention à l'ancienne : dans les années 80-90, on avait de la liberté de prescrip-tion, d'initiative; céder sa clientèle, pardon patientèle, valait quelque chose ; on Lire la suite

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 23.06.2016 à 16h56

Salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat, salariat. C'est notre seule porte de sortie ! Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 23.06.2016 à 17h43

Revel n'en voudra pas plus ! Donner des avantages sociaux aux médecins ! NAN : ce sera médecins au forfait moins payés que les médecins-conseils, sans salaires ni congés ni retraites, point final. Lire la suite

Répondre
 
C. Normal Médecin ou Interne 23.06.2016 à 18h01

La daube, c'est aussi de dire au départ qu'on forme un front uni pour lutter pour ces abjections...

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter