Rouen : grève illimitée aux urgences, le personnel assigné

Rouen : grève illimitée aux urgences, le personnel assigné

08.06.2016
  • rouen

Une grève de principe aux urgences – avec des personnels « assignés » au travail – s’est déclenchée cette semaine au CHU de Rouen. 

Les soignants du service des urgences adultes de l’hôpital Charles-Nicolle se sont déclarés en grève illimitée depuis lundi. Infirmières, aides-soignants, brancardiers et une partie des médecins suivent un appel de l’intersyndicale FO/CGT/CFDT/CFTC et Sud qui dénonce des conditions de travail de plus en plus difficiles et réclame des moyens supplémentaires. « La qualité des soins que nous prodiguons se détériore par manque de moyens », explique une infirmière réquisitionnée arborant un brassard « en grève ».

Le mouvement entend dénoncer la dégradation des conditions d’exercice dans l’un des plus grands services d’urgences médicales de l’Hexagone (plus de 80 000 patients par an dont 30 % sont hospitalisés), au bord de la saturation. Un service qui connaît une augmentation de 4 à 5 % des patients chaque année, précise le Pr Loïc Marpeau,  président de la  commission médicale d’établissement (CME) des hôpitaux de Rouen.

Equipes fragilisées

« Il y a de plus en plus d’embouteillages à l’entrée de services débordés et inadaptés où le matériel médical de base est trop souvent obsolète », déplorent les équipes. 

Les personnels des urgences ont produit un document d’analyse de la situation remis à la direction de l’établissement. Il y est expliqué que les soignants en colère doivent de plus en plus souvent affronter des familles déboussolées par des temps d’attente qui s’éternisent.

« C’est la première fois que nous voyons une telle situation de mal-être qui  pourrait avoir des répercussions sur la santé physique et mentale des équipes », expliquent les délégués syndicaux. La crainte de l'erreur médicale est exprimée. « Nous ne pouvons plus accepter de travailler dans de telles conditions. Elles impactent la qualité des soins et peuvent mettre en cause la responsabilité des soignants dans la sécurité des patients. »

Le Pr Loïc Marpeau reconnaît ces difficultés, qui ne sont pas nouvelles dans les hôpitaux rouennais. L’une des solutions à l'étude serait de créer une « zone tampon » aux urgences. Ce service organiserait l’accueil des personnes nécessitant des examens complémentaires pendant au maximum 48 heures.

Cette solution permettrait de désengorger l’attente en dirigeant plus rapidement chaque patient vers des lits libres dans les services qui leur correspondent. Une réunion de négociation entre les syndicats et la direction est programmée pour ce jeudi 9 juin. Rémy Heim, le porte-parole de la direction, se déclare serein. « Nous allons leur proposer de renforcer les effectifs en période de pointe. »

De notre correspondant Claude Sokolski
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
philippe B Médecin ou Interne 09.06.2016 à 12h04

Rouen Versailles et bien d'autres sont en souffrance avec un manque d'information vers le public ..; une démographie en berne , des MG en surchauffe , ou va la médecine ..;
assignation , réquisition Lire la suite

Répondre
 
ZOSTRA Médecin ou Interne 08.06.2016 à 22h36

« mais ils sont déjà en pointe et elle est rentrée depuis bien longtemps, d'où la décision des zones tampon qui ta:tamponne de plus en plus! »

Répondre
 
Christian C Médecin ou Interne 08.06.2016 à 20h25

« Des CGTistes ? Il y a service public et service public ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter