Le DPC « offert aux officines privées » ? Des universitaires s'insurgent, la CSMF riposte

Le DPC « offert aux officines privées » ? Des universitaires s'insurgent, la CSMF riposte

Christophe Gattuso
| 30.05.2016
  • dpc

À l'aube d'une énième réforme, le développement professionnel (DPC) aiguise les appétits. À la faveur d'une tribune publiée dans « le Monde », des responsables universitaires de haut rang* s'insurgent de ne pas voir l'université reconnue, dans le décret en préparation réformant le DPC, « en tant qu'institution capable de former des professionnels de santé », et de ne pas pouvoir prétendre aux budgets de la formation continue (180 millions d'euros alloués au DPC en 2016).

Présidents d'universités, doyens, internes et étudiants (en médecine, pharmacie, maïeutique, kinésithérapie et soins infirmiers) demandent au gouvernement que l'université soit au contraire « confortée en tant qu’institution stratégique » de la formation continue des professionnels de santé, notamment pour mener la recertification périodique en cours de carrière que le Premier ministre souhaite mettre en place.

Assertions diffamatoires, selon la CSMF

Or, selon les signataires inquiets, les budgets du DPC s'apprêtent à être « offerts » « aux officines privées défendues par les syndicats libéraux ». « Ce sont près de 2 850 organismes habilités à proposer des programmes de DPC (23 750 programmes en 2014) », ajoutent les auteurs de la tribune. Les responsables universitaires réclament un « fonctionnement serein, transparent et indépendant » de la future agence nationale de développement professionnel continu (ANDPC). 

Cette tribune n'est pas passée inaperçue. La CSMF, premier syndicat médical, a aussitôt dénoncé des « assertions diffamatoires », un « procès totalement mensonger tant sur le fond que sur la forme », « témoignant de l’ignorance totale de l’histoire de la FMC ».

« Les budgets alloués à la FMC, puis au DPC, sont issus depuis 1990 des accords conventionnels entre les syndicats de médecins libéraux et la CNAM, puis en 2010 de la taxe sur l’industrie pharmaceutique issue de la loi Bertrand et fléchés spécifiquement pour la formation des professionnels de santé libéraux », argumente le syndicat du Dr Jean-Paul Ortiz.

La CSMF souligne que la recertification n’est pas à l’ordre du jour de la future agence du développement professionnel continu mais que cette dernière, qui verra le jour le 1er juillet, aura pour mission de contrôler les opérations de DPC.

* Parmi les signataires : Jean-Loup Salzmann, président de la Conférence des présidents d’université ; Jean-Luc Dubois-Rande, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine ; Yves-Marie Vincent, président de l’ISNAR-IMG ; Baptiste Boukebous, président de l’ISNI ; Sébastien Foucher, président de l’ANEMF...

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
C. Normal Médecin ou Interne 31.05.2016 à 14h07

Des universitaires prônent l'insurrection médicale ???

Répondre
 
Patrick A Médecin ou Interne 31.05.2016 à 14h00

Rendons à César ce qui est à César......
A l'université la responsabilité de la formation initiale, aux praticiens eux-mêmes la responsabilité de leur formation continue.

Répondre
 
BRUNO B Médecin ou Interne 30.05.2016 à 21h05

« Laissons ceux qui connaissent leurs besoins de formation l'organiser.
Les universitaires incapables de préparer correctement les médecins à exercer sur le terrain veulent en plus se mêler de les Lire la suite

Répondre
 
Bidouille Médecin ou Interne 31.05.2016 à 08h38

"Les cahiers au feu, les profs (de médecine) au milieu !" C'est bien connu, l'enseignement clinique ne sert à rien, il est totalement inutile d'apprendre à interroger et à examiner les patients à l'hô Lire la suite

Répondre
 
cyrano Médecin ou Interne 30.05.2016 à 20h48

« Et bien, il y en a, du ménage à faire ! Dès qu'il y a du fric en jeu, ça devient n'importe quoi. »

Répondre
 
JEAN MICHEL K Médecin ou Interne 30.05.2016 à 20h41

« Un organisme agréé de DPC par spécialité sous l'égide du Conseil National Professionnel (CNP) de chaque spécialité et du Collège de MG. Il contrôle les activités des "officines" comme disent certain Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... Commenter

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

Présidentielle 2017 : le comparatif des programmes santé

Présidentielle 2017 : le comparatif des programmes santé-1

Demandez le programme ! À l'approche du premier tour de l'élection présidentielle, « le Quotidien » a synthétisé – sans filtre – les... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter