Salaire, formation : les infirmières de bloc opératoire veulent valoriser leur expertise

Salaire, formation : les infirmières de bloc opératoire veulent valoriser leur expertise

Marie Foult
| 11.05.2016
  • infirmiere

À partir de ce mercredi, les 33es journées d'études et de perfectionnement des infirmier(e)s de bloc opératoire diplômé(e)s d'État (IBODE) se déroulent à Lille, jusqu'au 13 mai. Organisé par l'UNAIBODE, l'union nationale des associations d'IBODE, ce rendez-vous (où quelque 1 000 personnes sont attendues) devrait aborder trois sujets majeurs. 

Première priorité, la revalorisation salariale des IBODE, dont le champ de compétences s'est élargi avec trois « actes exclusifs » supplémentaires depuis un décret de janvier 2015 (installation chirurgicale du patient, mise en place et fixation des drains susaponévrotiques, fermeture sous-cutanée et cutanée).

« Même si nous sommes sur une grille de rémunération différente de celle des IDE, nous espérons une reconnaissance salariale pour ces actes supplémentaires », explique Brigitte Ludwig, présidente de l'UNAIBODE. Elle invite à prendre conscience de la plus-value des IBODE au sein des blocs opératoires.

Vers une reconnaissance au niveau master

Les infirmiers et infirmières de bloc continuent aussi à réclamer une réforme de leur formation initiale. Actuellement, après trois années de cursus en école d'infirmier(e)s, reconnu au grade de licence, 18 mois de formation supplémentaire sont nécessaires pour pouvoir exercer au bloc. « C'est un peu bancal car nous sommes au-dessus de la licence mais en dessous du master, or nous souhaiterions avoir le niveau master au même titre que les IADE (infirmières anesthésistes). Les actes supplémentaires obtenus récemment le justifient d'autant plus », précise Brigitte Ludwig.

Dernier point important aux yeux des IBODE, la validation des acquis de l'expérience (VAE). « Les huit référentiels nécessaires pour obtenir la VAE sont parfois compliqués à acquérir selon les blocs, il faut trouver une solution », constate la présidente de l'UNAIBODE.

Jusqu'à vendredi soir, d'autres points seront au programme comme l'organisation des blocs, la gestion des compétences des infirmières ou encore la prise en charge chirurgicale de pathologies complexes.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Nicolas H Médecin ou Interne 12.05.2016 à 17h40

Et les infirmiers ? Je ne savais que c'était un métier de femmes exclusivement.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter