« Recettes pompettes » : le ministère de la Santé demande l'arrêt de l'émission

« Recettes pompettes » : le ministère de la Santé demande l'arrêt de l'émission

Coline Garré
| 07.04.2016
  • bern

Le binge drinking des peoples sur Youtube n'est pas du goût du ministère de la Santé. Ségur « condamne fermement » l'émission « les Recettes pompettes » qui met en scène un animateur (Monsieur Poulpe) et un invité (en l'occurrence, Stéphane Bern pour la première annoncée le 13 avril sur Internet), censés cuisiner tout en s'enfilant des shots d'alcool. Le ministère demande au producteur de retirer la bande-annonce et de renoncer à l'émission, qui « représente une incitation à la consommation excessive d'alcool », et étudie différentes voies de recours.

« Les conséquences de la consommation excessive d’alcool sur la santé sont trop graves pour être prises à la légère. Il est regrettable et dangereux de laisser croire, en particulier aux jeunes, que l’ivresse serait un comportement anodin, voire valorisant », indique la direction générale de la santé (DGS).

Et de rappeler que l’alcool est directement responsable de 49 000 décès par an, soit 135 par jour, sans compter les dommages à court et long terme (violences, accidents, cancers, cirrhoses, retards de développement, addiction, comas éthyliques, viols, noyades, etc.). La consommation nocive d’alcool engendrerait un coût pour la société estimé à 120 milliards euros en 2015.

La DGS fait mention des mesures de la loi Santé contre le « binge drinking » : interdiction de l'incitation à la consommation excessive d’alcool lors de bizutages et concernant un mineur, nécessité d'exiger la preuve de majorité lors de la vente d’alcool. Le binge drinking concerne 14 % des 15-24 ans, et 10 % des 25-34 ans selon les données du baromètre santé INPES 2014.

Après l'ANPAA, réprobation de l'INPES et la MILDECA

Le ministère de la Santé semble avoir entendu l'alerte de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA), la première à réagir.

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) lui ont emboîté le pas. Ils regrettent notamment l'omniprésence de l'alcool dans les médias qui contribue « à installer une norme sociale en faveur de la consommation excessive d'alcool ». Près de 89 % des Français pensent qu'il y a suffisamment (55 %), voire trop (34 %) de publicités en faveur des boissons alcoolisées, selon l'étude Omnibus de l'INPES (novembre 2015).

En guise de réponse aux « Recettes pompettes », l'INPES signale sa Web série « Esquive la tise », dont certains épisodes ont été vus plus de 270 000 fois.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Daniel D Médecin ou Interne 09.04.2016 à 21h24

« Stéphane Bern, en s'adonnant à pareille bêtise, montre qu'il ne réfléchi pas aux conséquences de sa diffusion. Cela porte le discrédit sur ses autres émissions. »

Répondre
 
om Médecin ou Interne 07.04.2016 à 23h35

« Certains parlent de répression, protéger les jeunes serait de la répression? étonnant pour des médecins. »

Répondre
 
JLCB Médecin ou Interne 07.04.2016 à 22h36

« Tout à fait. Il faut interdire la consommation d'alcool en en faisant un délit. Avec les mêmes peines que pour les clients des prostituées.

Le racolage et la vente d'alcool : oui. LA consommatio Lire la suite

Répondre
 
PHILIPPE A Médecin ou Interne 07.04.2016 à 20h35

« Il faut dire que le binge sur YouTube, la vente de bière dans un stade pendant l'Euro2016, et le rétablissement de zones fumeurs dans les lycées, cela me donne du travail en CSAPA pour longtemps... Lire la suite

Répondre
 
RDZ Médecin ou Interne 07.04.2016 à 23h12

« Plus de soucis de File Active => Plus aucun soucis de Financement!!!!.... C'est le Bonheur Paaaarfait

Répondre
 
Arnaud D Médecin ou Interne 07.04.2016 à 20h31

«  Il faut tout interdire en France, même d'écrire le mot "liberté" sur les frontons de nos bâtiments publics..... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter