Les génériques gagnent du terrain et représentent 43 % du marché du médicament en volume, selon l'IGAS

Les génériques gagnent du terrain et représentent 43 % du marché du médicament en volume, selon l'IGAS

Henri de Saint Roman
| 21.03.2016
  • GENERIQUES

Lancé en mars 2015, le plan triennal d'actions de promotion des médicaments génériques commence à porter ses fruits, juge l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) dans un rapport d'étape.

Ainsi, « sur les 10 premiers mois de 2015, la part du répertoire génériques a augmenté de 2,1 points par rapport à la moyenne constatée en 2014 », et les génériques représentent désormais 42,9 % du marché en volume, se félicite le rapport.

Mais d'autres avancées, aux résultats moins quantifiables ont été obtenues, ou sont en passe de l'être, estime l'IGAS. Parmi elles, l'obligation pour les praticiens de prescrire en dénomination commune internationale (DCI). Des actions ont également été menées sur les achats hospitaliers, dont on sait qu'ils influencent les prescriptions de ville.

Objectif 350 millions d'euros d'économies

Ces mêmes DCI apparaissent par ailleurs de façon plus visible sur les boîtes de médicaments, observent encore les auteurs du rapport. Ils rappellent que la DCI facilite la vie des patients, notamment les plus âgés. Le rapport précise enfin qu'une campagne d'information sur le générique est programmée pour la fin de l'année 2016.

Ce plan d'action triennal a pour ambition de contrer les réticences françaises au générique. L'objectif est d'économiser 350 millions d'euros sur trois ans en augmentant de 5 points le volume de prescription dans le répertoire des génériques.

L'IGAS rappelle qu'une charte d'adhésion aux objectifs du plan a été signée « par la majorité des acteurs concernés, mais pas par les syndicats de médecins libéraux, ni par l'Ordre des médecins ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
HERVÉ C Pharmacien 22.04.2016 à 21h35

« Augmenter la confiance .... comment se fait-il que mon taux de "non substituable" soit passé de 7,5 à 14% en 2 ans ???
C'est catastrophique ! »

Répondre
 
dranreb Médecin ou Interne 22.03.2016 à 07h39

Qui sait que SERVIER est la maison mère de BIOGARAN ?

Répondre
 
erwann Pharmacien 22.03.2016 à 11h25

Tous les pharmaciens déjà. Que zentiva (ex-Winthrop), c'est la marque générique de Sanofi.
Que Sandoz, c'est la marque générique de Novartis
Que spasfon (entre autres) est fabriqué par le Lire la suite

Répondre
 
HERVÉ C Pharmacien 22.04.2016 à 21h24

« Quel est l'intérêt de cette remarque ?
S'il y a un problème avec les princeps de Servier .... il y a un problème avec tous les labos qui en fabriquent des génériques puisque générique = princeps Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 57

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter