Vaccin contre l'hépatite B : la justice prononce un non-lieu

Vaccin contre l'hépatite B : la justice prononce un non-lieu

Betty Mamane
| 15.03.2016
  • hepatite b

Après plus de 17 ans d'instruction : la justice a prononcé un non-lieu en conclusion de l'enquête sur le vaccin contre l'hépatite B. Dans ses réquisitions, le ministère public a conclu à l'absence de « causalité certaine » entre la vaccination contre l'hépatite B et l'apparition de certaines maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques, écartant aussi la « faute d'imprudence ou de négligence ».

L'affaire, qui a été instruite notamment par l'ancienne magistrate Marie-Odile Bertella-Geffroy, trouve son origine dans une vaste campagne lancée par le gouvernement en 1994, visant à vacciner plus de 20 millions de Français contre l'hépatite B. Des cas de scléroses en plaques ou d'autres maladies neurologiques s'étaient manifestés chez certains patients vaccinés, alimentant ainsi des doutes sur l'innocuité du vaccin. Une plainte avait été déposée à la suite du décès d'une enfant, née en 1985 et atteinte d'une maladie de la moelle osseuse, moins d'un an après sa vaccination en 1996.

Des expertises contradictoires

L'enquête ouverte en 1998 avait abouti au recensement d'une soixantaine de victimes, dont neuf décédées, et à la mise en examen pour « tromperie aggravée » de trois anciens responsables des laboratoires pharmaceutiques Sanofi-Aventis et GlaxoSmithKline. Les laboratoires et un médecin avaient été placés sous le statut intermédiaire de témoin assisté pour « homicides et blessures involontaires ».

L'instruction avait donné lieu à plusieurs expertises. Un premier rapport en octobre 2002 avait mis en cause l'attitude des pouvoirs publics, coupables, selon le document, de « déformations » et de « dissimulations » en vantant les avantages du vaccin. Mais, dans une seconde expertise de 2006, un collège de trois professeurs avait estimé que la recommandation de se faire vacciner ne paraissait « pas injustifiée », d'autant que, selon eux, en 1994 « aucun effet délétère crédible » de la vaccination « n'était recensé dans les multiples publications sérieuses ». Les auteurs du rapport se montraient toutefois plus nuancés sur la nécessité de vacciner « les jeunes et des adultes ne présentant pas a priori de facteur de risque ». Ils mettaient aussi en avant un système de surveillance sanitaire « éminemment perfectible »

Une probable interjection d'appel

Jointe par l'AFP, l'une des avocates de parties civiles, Me Gisèle Mor, a dénoncé « une décision scandaleuse » dont il sera probablement interjeté en appel. « La décision fait référence à la position de l'administration sanitaire, pourtant les différents juges n'ont pas effectué les vérifications sur le travail des autorités », a-t-elle protesté. « Dès le début, il y a eu une volonté de ne pas aboutir », a affirmé l'avocate, pour qui l'administration « n'a pas rempli son devoir de surveillance ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Dr VULCAN Médecin ou Interne 20.03.2016 à 20h54

«  Comme pour l'amiante , la Vérité médicale a notre époque sort des PRÉTOIRES ..
En principe une vaccination de masse et obligatoire ne se justifie qu'en cas d’épidémie »

Répondre
 
VIRGINIE M Etudiant en santé 17.03.2016 à 15h50

Peut-être qu'une plainte pour meurtre contre ces lobbys anti-vaccination les feraient réagir, concernant toutes les personnes non vaccinées mortes d'hépatite B ou ses conséquentes depuis les années Lire la suite

Répondre
 
caro Autre 19.03.2016 à 15h24

« effectivement ils changeraient d'avis s'ils connaissaient des personnes transplantées du foie comme moi à cause du virus de l'hépatite B et avec comme conséquences des effets secondaires des différe Lire la suite

Répondre
 
Amélie B Médecin ou Interne 16.03.2016 à 09h10

C'est là qu'on voit que beaucoup de gens de ne comprennent pas grand chose à l'épidémiologie, aux statistiques.

Répondre
 
Michel G Médecin ou Interne 16.03.2016 à 11h35

Tout à fait d'accord avec notre consoeur...De toute façon, dans ce genre de polémique, toute discussion argumentée est totalement impossible et inutile, la partie adverse voguant dans une Lire la suite

Répondre
 
RDZ Médecin ou Interne 19.03.2016 à 18h28

«  L'expertalité en causalité linéaire est une arme redoutable pour rejeter toute imputabilité!!!!...
Malheureusement son approche n'est guère scientifique ( par excellence non linéaire) mais Juridiq Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 6

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... 6

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter