« Self care » : 1,5 milliard d'euros d'économies possibles par an, selon les industriels du secteur

« Self care » : 1,5 milliard d'euros d'économies possibles par an, selon les industriels du secteur

Henri de Saint Roman
| 15.03.2016

Défini comme la prise en charge et la gestion de sa santé au moyen de médicaments, de compléments alimentaires et de dispositifs médicaux par l'individu lui-même, le « self care » pourrait faire économiser jusqu'à 1,5 milliard d'euros par an à notre système de santé, juge l'AFIPA, qui regroupe les industriels de l'automédication. Ces économies se décomposent en un milliard économisé sur les ordonnances, et 500 millions sur les consultations.

Les généralistes convertis à l'automédication ?

Le contexte n'a jamais été aussi favorable au développement du « self care », estime l'AFIPA. Selon un sondage que l'association a commandé à la SOFRES (auprès de 1 003 patients et 301 médecins), ces derniers (sans doute en raison de la baisse démographique) semblent convertis aux vertus du « self care ».

Les généralistes interrogés estiment en effet que 45 % de leurs patients seraient capables de soigner leurs pathologies bénignes avec des médicaments sans ordonnance et sans leur intervention. Plus généralement, ces praticiens calculent que 16 % de leurs consultations pourraient être remplacées par une automédication responsable. Les patients interrogés ne sont pas en reste. 80 % d'entre eux ont déjà eu recours à l'automédication au cours des 12 derniers mois, et 60 % sont prêts à payer de leur poche pour des pathologies bénignes.

173 molécules à dérembourser

Alors que des échéances électorales majeures se rapprochent, l'AFIPA entend alerter et guider les politiques sur ce sujet. Dans un « Manifeste pour le développement du self care en France » qu'elle mettra prochainement en ligne (www.afipa.org), elle préconise l'établissement d'une liste de pathologies bénignes adaptées à l'automédication (acné mineure, constipation occasionnelle, toux, remontée acide, bouton de fièvre, mycose vulvovaginale, conjonctivite allergique, ou hémorroïdes pour ne citer que celles-là), et le déremboursement des médicaments correspondants. Soit 66 indications et 173 molécules.

Afin de renforcer l'automédication, l'AFIPA suggère que ces médicaments devraient être intégrés au dossier pharmaceutique et au DMP (pour éviter le mésusage) et de ramener leur taux de TVA de 10 % à 2,1 % comme les médicaments de prescription. Enfin, l'association recommande d'inclure les spécialités d'automédication à la CMU pour ne pas pénaliser les personnes à faibles ressources.

En 2014, l'automédication ne représentait que 15,4 % (en volume) du marché français des médicaments, contre 32,3 % en moyenne en Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Espagne, Italie, Suède et Royaume-Uni.

Les Français dépensent en moyenne 32,10 euros par an en automédication, contre 45,80 euros en moyenne dans le reste de l'Europe. En 2015, le marché du « self care » a augmenté de 6,4 %, selon l'AFIPA.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter