40 % des personnes de plus de 75 ans consomment plus de dix médicaments | Le Quotidien du Médecin

40 % des personnes de plus de 75 ans consomment plus de dix médicaments

Marie Foult
| 04.03.2016
  • polymédication

Dans une étude qui vient de paraître, l'Irdes (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) souligne une nouvelle fois la forte polymédication cumulative (ensemble des médicaments administrés sur une période donnée) chez les personnes âgées de plus de 75 ans. En effet, 40,5 % de ces personnes cumulent dix médicaments. Et parmi celles-ci, 77 % sont aussi polymédiquées de façon continue (médicaments pris de façon prolongée et régulière).

Une telle polymédication s'explique par l'allongement de l'espérance de vie. Elle s'accompagne souvent d'une ou plusieurs maladies chroniques, et donc de traitements médicamenteux et de risques iatrogéniques, responsables de 21 % des consultations en urgence. Au « surcoût généré par la consommation de médicaments inutiles s'ajoute le coût de l’iatrogénie en termes d'hospitalisation, de consultations et de traitements », insiste l'Irdes.

Onze classes thérapeutiques de médicaments

Quel que soit l'indicateur, la prise en compte des associations de molécules au sein d'une même galénique entraîne une augmentation de 6 points de la prévalence de la polymédication (de 27 à 33 % et de 34 à 40,5 %). Par ailleurs, que la prise de plusieurs médicaments soit cumulative ou continue, on retrouve onze classes thérapeutiques de médicaments ATC de niveau 3, parmi les quinze plus fréquentes.

Il s'agit de celles utilisées dans le traitement de maladies chroniques (antithrombiniques, diurétiques, bêtabloquants, analgésiques…). Pour les autres classes de médicaments, on retrouve des antibactériens, anti-inflammatoires, laxatifs, mais aussi des psychoanaleptiques, antiarythmiques, antidiabétiques etc.

Variation selon le sexe ou le lieu d'habitat

Par ailleurs, une affiliation au régime général de la Sécurité sociale ou à la MSA (plutôt qu'au RSI), un âge dépassant 85 ans et le fait d'être une femme sont des facteurs associés qui augmentent le risque d'être polymédiqué.

Les personnes qui habitent au nord ou au centre de la France sont plus polymédiquées, et celles résidant en Haute-Savoie ou en Martinique ont un moindre risque de l'être. Le fait d'être en ALD (insuffisance respiratoire, diabète, Parkinson) augmente aussi ce risque, sauf pour la maladie d'Alzheimer. Enfin, la polymédication est aussi liée au nombre de prescripteurs, ainsi qu'à l'existence de prescriptions hospitalières et de spécialistes.

L'étude démontre donc l'intérêt de prendre en compte tous les médicaments administrés, pour éviter les interactions. « L'utilisation d'un indicateur de polymédication permettant de cibler la charge thérapeutique liée aux maladies chroniques, et un repérage des médicaments à risque pourrait constituer un système de surveillance de la consommation de médicaments chez les sujets âgés » conclut l'Irdes.

En mai dernier, les entreprises du médicament (LEEM) avaient lancé une campagne de sensibilisation du grand public et des professionnels de santé pour réduire les risques d'iatrogénies médicamenteuses.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
KLAUSS Médecin ou Interne 06.03.2016 à 00h42

« Bientôt il n'y aura plus que 10 médicaments pour tout le monde ! »

Répondre
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 05.03.2016 à 23h20

« j'ai 72 ans, et je consomme 7 médicaments: 2 pour des paresthésies sévères des 2 membres supérieurs post traumatique et le reste par mon cardioï pour HTA sévère, et je vais bien merci »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Prépas privées en PACES : un reportage de TF1 suscite la colère des carabins

tf1

De nombreux étudiants et membres de l'association des étudiants en médecine de France (ANEMF) ont exprimé leur mécontentement sur Twitter... 1

Alopécie auto-immune : premier (petit) essai concluant avec les inhibiteurs de JAK

alopecie

L'effet des inhibiteurs de JAK sur la repousse des cheveux est décrit depuis quelques années. En testant le ruxolitinib dans un petit essai... Commenter

À Marseille, les cadres du SML célèbrent l'esprit libéral et applaudissent... Jérôme Marty !

sml

« Nous sommes le seul syndicat encore libéral ». C'est par ces mots que le Dr Éric Henry, président du Syndicat des médecins libéraux (SML),... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter