Les praticiens hospitaliers doivent être rémunérés pour leur implication dans les GHT, réclame l'INPH

Les praticiens hospitaliers doivent être rémunérés pour leur implication dans les GHT, réclame l'INPH

Anne Bayle-Iniguez
| 01.03.2016
  • ph

Alors que le décret d'application des groupements hospitaliers de territoire (GHT) est en phase de finalisation au ministère de la Santé, l'INPH, présente à la table des discussions, pose ses conditions.

Comme les autres centrales hospitalières, l'INPH défend la place des praticiens hospitaliers (PH) dans l'élaboration du projet médical partagé de chaque GHT, restructuration de la carte hospitalière à laquelle l'intersyndicale est par ailleurs favorable. Pour sa présidente le Dr Rachel Bocher, cette implication doit être rémunérée à sa juste valeur.

Revaloriser l'indemnité de service public exclusif

L'INPH réclame tout d'abord une revalorisation substantielle de l’indemnité de service public exclusif (316,87 euros brut par mois) et sa prise en compte dans l’assiette de cotisation sociale.

Ensuite, l’activité réalisée dans le cadre d’un pôle interétablissement par un PH doit faire l’objet d’une indemnité territoriale (montant à définir).

De même, l'INPH réclame la reconnaissance de l'astreinte opérationnelle dans le cadre de l’organisation d’une permanence des soins territoriale.

En termes de gouvernance, la commission régionale paritaire des PH doit être consultée avant approbation des GHT par le directeur général de l’agence régionale de santé. Dans la même veine, la commission médicale d'établissement de GHT doit être rendue « obligatoire ».

Statut du PH, transfert d'activité, indépendance professionnelle...

Concernant la pratique professionnelle, « l’exercice médical du praticien, quels que soient sa place, son mode d’exercice, sa spécialité au sein du GHT se réfère au statut actuel et ne sera jamais vendu à la découpe », prévient la centrale. Pour éviter de faire des PH des nomades, l'INPH tient à ce que les nominations se fassent « toujours au sein d’un établissement dans le respect du principe de nomination nationale, sous la responsabilité du Centre national de gestion (CNG) ».

Le CNG doit par ailleurs faire l'objet d'une saisine en cas de transfert d’activité d’un établissement vers un autre établissement, « en particulier si des suppressions de postes sont envisagées ».

De leur côté, le SNAM-HP et la CMH remontent au créneau en réclamant un délai d’au moins 6 mois pour permettre aux établissements une mise en place « juste et raisonnée » des GHT (prévue au 1er juillet).

Le syndicat des médecins DIM (SDIM) veut pour sa part des garanties relatives à l'indépendance professionnelle des praticiens.

Les organisations syndicales doivent une nouvelle fois se rendre à Ségur le 9 mars pour négocier le contenu du décret sur les GHT. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 1

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... Commenter

Pourquoi je refuse le tiers payant : le SML édite à son tour une affiche

sml

Le refus de la généralisation du tiers payant obligatoire continue d'inspirer les syndicats de médecins libéraux. Après l'affiche de la... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter