L’Italie dépénalise l’avortement clandestin mais augmente les sanctions pécuniaires | Le Quotidien du Médecin

L’Italie dépénalise l’avortement clandestin mais augmente les sanctions pécuniaires

Ariel F.Dumont
| 26.02.2016

Le conseil des ministres italiens a approuvé un décret législatif dépénalisant l’avortement clandestin. En revanche, les sanctions pécuniaires sont revues à la hausse. Désormais, les femmes épinglées seront passibles d’une amende comprise entre 5 et 10 000 euros contre auparavant, 50 euros. Le décret devra être entériné par le Sénat et le Parlement italien d’ici à l’été prochain.

Les Italiennes sont montées aux créneaux pour protester contre un dispositif qui « met la vie des femmes en danger car elles auront peur de se retourner vers les hôpitaux en cas de problèmes après un avortement clandestin », tonnent les associations. Ces dernières ont mobilisé les réseaux sociaux en organisant une opération tweetbombing sur Twitter et en multipliant les pétitions. Une lettre ouverte a été adressée au président du Conseil italien Matteo Renzi et à la ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin pour demander le retrait des super amendes.

Objecteurs de conscience, délai de réflexion et anonymat

Reste qu’en Italie, avorter en toute légalité est de plus en plus difficile. Selon une étude publiée par le ministère de la Santé, 70 à 90 % du personnel médical et paramédical se déclare objecteurs de conscience. Une attitude qui favorise le recours de plus en plus fréquent aux circuits parallèles. « Le délai légal en Italie pour avorter est de trois mois. Si une femme ne trouve pas de place à l’hôpital, elle choisit la solution de la clandestinité », explique le Pr Vincenzo Maiorana, gynécologue.

Pour l’AOGROI, l’association nationale des obstétriciens et des gynécologues italiens, deux autres aspects importants poussent aussi les femmes à se retourner vers les circuits parallèles. « Dans le public, les patientes qui demandent d’avorter doivent attendre une semaine, le délai fixé par la loi pour leur donner le temps de réfléchir », explique le Pr Vito Trojano, président de l’AOGROI. Il ajoute que ce délai décourage les femmes qui « affrontent un choix difficile et ne veulent pas attendre car elles veulent tourner rapidement la page sur une expérience terrible sur le plan psychologique ».

Autre problème : l'absence d’anonymat. « Dans le public et les cliniques conventionnées, il faut donner son nom. Hors certaines femmes n’ont pas envie que cela se sache », ajoute le Pr Trojano. Pour les spécialistes et les associations, les nouvelles sanctions risquent d’avoir des répercutions sur la santé des candidates à l’avortement. « Les femmes auront peur d’aller à l’hôpital après avoir avorté dans le circuit clandestin et les risques en terme de santé vont augmenter », estime le Pr Maiorana.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le DPC « offert aux officines privées » ? Des universitaires s'insurgent, la CSMF riposte

dpc

À l'aube d'une énième réforme, le développement professionnel (DPC) aiguise les appétits. À la faveur d'une tribune publiée dans « le Monde ... 6

Un tiers des carabins dopés aux psychostimulants pour réviser

carabins

Un tiers des étudiants et des internes en médecine ont consommé au moins une fois des psychostimulants afin d'améliorer leurs capacités... 1

Obésité, pollution... accès aux médicaments, retour sur la 69e Assemblée de l'OMS

La 69e Assemblée mondiale de la santé qui s'est tenue du 23 au 28 mai à Genève a livré ses conclusions avec l'ordre de ses priorités. «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter