Décès après une appendicectomie : deux chirurgiens suspendus par l'Ordre de Lorraine

Décès après une appendicectomie : deux chirurgiens suspendus par l'Ordre de Lorraine

Dr Lydia Archimède
| 24.02.2016

L'Ordre des médecins de Lorraine a décidé ce mercredi d'une interdiction d'exercice de la médecine à l'encontre de deux chirurgiens qui avaient opéré Corentin, un petit garçon de 11 ans décédé des suites d'une appendicectomie réalisée à la clinique Claude-Bernard de Metz, en novembre 2014.

Le chirurgien principalement mis en cause dans cette affaire a été interdit d'exercer la médecine pendant 3 ans, selon la décision de la chambre disciplinaire de première instance de l'ordre des médecins de Lorraine. Suspendu de ses fonctions dès le lendemain du drame, il avait fait alors part de son désarroi

Un autre chirurgien a été interdit d'exercer pour deux ans, dont un avec sursis.

L'Ordre n'a pas publié les détails de la décision, et notamment l'exposé des griefs retenus à l'encontre des deux médecins. La décision fait suite à l'audience qui s''est tenue à huis clos fin janvier.

 

Neuf heures d'intervention

 

L'enfant avait été admis le 31 octobre 2014 dans la clinique Claude-Bernard de Metz pour des douleurs au ventre, diagnostiquées comme une appendicite. L'intervention, sous cœlioscopie réalisée le 1er novembre, avait été rapidement arrêtée. Selon une source proche du dossier, à cette occasion l'aorte de l'enfant avait été touchée.

Au total, sept praticiens étaient intervenus au chevet de Corentin, qui devait mourir le lendemain au CHU de Nancy, où il n'avait été transféré en urgence qu'au bout de neuf heures d'opération.

Les parents de Corentin ont porté plainte contre X dès le lendemain du décès. L'instruction est toujours en cours. Le père de Corentin a estimé « significative » la décision de suspension des deux chirurgiens par l’Ordre des médecins mais il s'est dit « prêt à aller jusqu’au bout » pour que « la vérité du dossier soit établie ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Pierre R Médecin ou Interne 24.02.2016 à 20h27

« le HCSP reconnait que la ecig est un outil de réduction des risques du tabagisme " et que "le vapotage passif a un risque nul" mais ce n'est pas pour autant qu'il conseille la ecig pour le sevrage Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 4

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 36

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter