Urgences saturées : le personnel de l'hôpital de Cherbourg au bord de la crise de nerfs

Urgences saturées : le personnel de l'hôpital de Cherbourg au bord de la crise de nerfs

Sophie Martos
| 23.02.2016

Près de 1 500 personnes, usagers, personnel hospitalier et syndicats, ont manifesté samedi 20 février pour défendre la qualité des soins et dénoncer les conditions de travail au centre hospitalier public du Cotentin (CHPC) à Cherbourg, en Normandie, à l'appel de l'association de défense du CHPC.

Depuis le mois d'août, habitants et personnel hospitalier sont sur les nerfs. La fermeture du service d'urgences de Valognes et d'une ligne du SMUR, à 20 km de Cherbourg, a sensiblement bouleversé les conditions de travail et l'offre de soins du territoire. « Le transfert d'activité des urgences de Valognes a conduit à un surcroît d'activité au CHPC et à un surmenage des équipes », explique André Jacques, secrétaire général de l'association, ancien cadre du secteur social. Ce n'était pas la première action de la population. En octobre dernier, l'association avait lancé une pétition ayant recueilli 26 000 signatures pour une réouverture du site de Valognes. En vain. « L'ARS Normandie a juste rouvert la ligne SMUR, ce n'est pas suffisant », poursuit André Jacques.

Spirale infernale

Le service des urgences du centre hospitalier public du Cotentin ne suit plus. « Il ne peut pas gérer le flux massif de patients », explique Pascal Carretey, secrétaire adjoint de la Fédération autonome de la fonction publique hospitalière (FAFPH). L'hôpital accueillait entre 110 et 120 passages par jour aux urgences, mais depuis la fermeture du site de Valognes, il essuie 40 passages de plus. « En jour de pic, on enregistre près de 180 passages quotidiens », détaille-t-il, ajoutant que les conditions d'accueil sont déplorables. « Il y a des annonces de diagnostics dans les couloirs, des patients âgés bloqués sur des brancards pendant des heures. Est-ce normal d'avoir une telle situation au XXIe siècle ? », s'insurge-t-il. La FAFPH pointe également du doigt la restructuration des services de l'hôpital menant à la fermeture de lits. Selon le syndicat, le service de chirurgie a supprimé 16 lits et celui de cardiologie et pneumologie s'apprête à en éliminer 24, fin mars. À cela s'ajoute le manque de personnel hospitalier, il y a 17 médecins urgentistes temps plein au lieu de 24, rapporte la FAFPH.

Démission du médecin responsable du service

La responsable du service des urgences, le Dr Fabienne Blotin, a démissionné de la chefferie la semaine dernière. Dans sa lettre de démission que s'est procuré « le Quotidien », elle indique recevoir « des annonces sérieuses de départ de praticiens » pouvant conduire « inexorablement vers la catastrophe sanitaire » et souligne que « travailler sans les effectifs nécessaires épuise physiquement et psychologiquement les personnels, sans oublier l'impression permanente de mauvaise prise en charge du patient ».

La direction a annoncé mi-janvier l'ouverture d'un centre de soins non programmés, début mars, pour remplacer le service des urgences de Valognes. Toutefois, les médecins estiment qu'il n'y a pas assez de personnels pour ouvrir un tel centre et qu'il ne résoudra pas le problème d'engorgement au CHCP.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
Nicolas H Médecin ou Interne 25.02.2016 à 18h36

L'ARS qui décide de fermer un centre en pensant que les 40 personnes qui s'y rendait s'évanouiront sans doute dans la nature... Ces fonctionnaires inutiles n'auraient donc pas pu prévoir de renforcer Lire la suite

Répondre
 
doc.ced.a Autre Professionnel Santé 25.02.2016 à 11h12

Enfin, on ouvre les yeux.

Répondre
 
Dr AirGiAime Médecin ou Interne 25.02.2016 à 00h24

L'organisation sécu + ARS est telle que le médecin de garde ne fait plus rien, et est quasi inaccessible, pendant que les urgences saturent. Les patient en ont soupé des diagnostics et soins par Lire la suite

Répondre
 
laurent b Médecin ou Interne 24.02.2016 à 15h22

Médecin urgentiste. -
Diminution par l'ARS des permanences de gardes par des médecins généralistes, recours quasi systématique aux urgences pour toute pathologie, fermeture de petites structures Lire la suite

Répondre
 
Roger F Médecin ou Interne 24.02.2016 à 10h27

Merci Marisol !

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 1

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... Commenter

Pourquoi je refuse le tiers payant : le SML édite à son tour une affiche

sml

Le refus de la généralisation du tiers payant obligatoire continue d'inspirer les syndicats de médecins libéraux. Après l'affiche de la... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter