« Heures sup » facturées en DE, « la seule solution pour s’en sortir » explique un médecin

« Heures sup » facturées en DE, « la seule solution pour s’en sortir » explique un médecin

Stéphane Long
| 13.02.2016
  • c 25

L’idée lancée par des médecins bretons fait son chemin. Depuis plusieurs semaines, le Dr Ivane Audo et ses confrères cotent un DE en dehors de la tranche horaire 9h-17h, correspondant aux heures d’ouverture de la Sécu. Une astuce qui leur permet de revaloriser le tarif de consultation bloqué à 23 euros depuis 2011. Et un pied de nez à tous ceux qui affirment que les médecins sont des salariés de la Sécu.

« C’est une idée qui plaît, reconnaît le Dr Hermann Neuffer. On en parle beaucoup entre nous et de nombreux confrères vont se laisser tenter je pense. » Installé à Bordeaux, le généraliste va bientôt franchir le pas. « Je me donne un peu de temps pour l’expliquer à ma patientèle, explique-t-il. J’ai une relation humaine avec eux, je ne veux pas leur imposer cela du jour au lendemain. »

Bien sûr, les dépassements seront appliqués avec « tact et mesure », et modulés en fonction des besoins et des ressources des patients.

Le généraliste a longtemps réfléchi avant de se décider. « Je travaille 60 heures par semaine, je n’ai plus le temps de faire quoi que ce soit en dehors de mon travail. Les tâches administratives s’accumulent. Ça ne peut pas continuer comme ça », raconte le Dr Neuffer. Pour lui, la trouvaille de ses confrères bretons est « la seule solution pour s’en sortir ».

La crainte des représailles

  

Le généraliste craint cependant les représailles de la CNAM, qui voit d’un mauvais œil cette initiative. Contactée par « le Quotidien », l’Assurance-maladie assure que « la démarche initiée par ces médecins est illégale et pénalise en premier lieu les patients. Une modulation du tarif est possible, mais en fonction des patients reçus et non de l'heure de la consultation ». En Bretagne où est née cette initiative, la caisse aurait déjà convoqué des patients pour préciser dans quelles conditions ces dépassements auraient été appliqués.

Pourtant, les malades ne seraient pas opposés à la méthode, « bien au contraire, confirme le Dr Neuffer. Ils sont très compréhensifs et ils voient bien que les tarifs de consultation ne sont pas à la hauteur du service rendu ». Par ailleurs, la plupart des mutuelles prendraient en charge les DE, selon les retours du Dr Ivane Audo auprès de sa patientèle.

La Sécu s’étonne par ailleurs de la démarche de ces médecins frondeurs alors que les négociations conventionnelles démarreront dans quelques jours avec, au menu, « la question des conditions d'exercice et de rémunération ». Réponse du Dr Neuffer, quelque peu désabusé : « Je n’attends plus rien des autorités. On a affaire à des gens qui ne réalisent pas les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 28 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 13.02.2016 à 18h50

« ce qui est sur, les elections sont en 2017, on aura rien apres ,ils ne donnerons rien avant pour ne pas alourdir les deficits , donc appliquons les nouveaux tarifs sans eux
pour ce qui est de l'urs Lire la suite

Répondre
 
C. Normal Médecin ou Interne 13.02.2016 à 19h40

"caisse m'affuble de DE qui n'existe pas" : on y a tous eu droit je pense.

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 13.02.2016 à 22h12

« Moi j'ai même eu des actes d'échographie que je n'ai jamais faits !! Alors... les forfaits, ROSP et TP, non merci car trop difficiles à vérifier ! »

Répondre
 
ALAIN D Médecin ou Interne 13.02.2016 à 16h12

« Le DE peut-être demandé pour des raisons de temps et de lieu, mais pas pour un type d'acte déterminé, ni pour un patient particulier. Il est donc parfaitement légal de coter ses heures supplémentai Lire la suite

Répondre
 
PHILIPPE B Médecin ou Interne 13.02.2016 à 12h24

« Mais attention, le DE est taxé par les impôts et l'URSSAF de manière honteuse. Ceux qui pratiquaient 10 € de DE sur les visites non justifié l'on abandonné depuis longtemps quand ils ont reçus leurs Lire la suite

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 13.02.2016 à 14h28

« C'est vrai, mais 10 euros de DE sur 40% de consultations (entre 35 et 55 heures), même avec une augmentation des charges et des impôts, c'est mieux que rien du tout »

Répondre
 
justice! Médecin ou Interne 13.02.2016 à 20h25

« C'est quoi cette histoire est de l'intoxication pro sécu ! ? »

Répondre
 
Brigitte B Industrie Pharmaceutique 13.02.2016 à 11h41

« Idée aussi logique que géniale. Ce ne sont pas ces fainéants de la sécu qui vont avoir la légitimité pour s'y opposer ! »

Répondre
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 13.02.2016 à 10h32

« La Sécu s’étonne par ailleurs de la démarche de ces médecins frondeurs alors que les négociations conventionnelles démarreront dans quelques jours mais elle oublie de préciser que le tarif de la con Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

Attentats, situation exceptionnelle : en Bourgogne-Franche-Comté, les médecins libéraux s’organisent

blondet

L’URPS médecins libéraux Bourgogne-Franche-Comté organise ce vendredi, à Beaune, une soirée d’information pour présenter à la profession et... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter