L'infection à VIH en médecine de ville - Priorité au dépistage et au suivi des pathologies associées

L'infection à VIH en médecine de villePriorité au dépistage et au suivi des pathologies associées

11.02.2016
La vie des patients atteints par le VIH a bien changé : traitement plus efficace, moins contraignant, mieux supporté. Ces patients vieillissent, et la surveillance s'impose ; au médecin hospitalier la prescription spécifique, au généraliste le diagnostic, le suivi et le dépistage des pathologies associées.
  • VIH

Malgré le nombre de nouveaux cas observés chaque année, la pathologie reste rare en médecine générale. En moyenne un médecin n'a que 10 à 20 patients pour 1 000 dans sa patientèle mais souvent aucun.

Pour le Pr Henri Partouche du Collège national des généralistes enseignants, l'activité essentielle reste le dépistage ; 28 000 patients environ sont porteurs du virus et ne le savent pas ; un quart des patients sont découverts à un stade tardif.<...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 57

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter