Le droit à l'oubli désormais effectif pour 5 pathologies et pour l'hépatite C | Le Quotidien du Médecin

Le droit à l'oubli désormais effectif pour 5 pathologies et pour l'hépatite C

Benoît Thelliez
| 05.02.2016

En clôture des Rencontres 2016 de l’INCa, la ministre de la Santé a dévoilé quelles maladies seront concernées par le droit à l’oubli pour que banques et assurances puissent traiter les personnes qui en ont été atteintes de la même manière que les autres. Après avoir salué « la grande mobilisation des associations » qui n’ont « jamais faibli depuis la signature de la convention AERAS (S’Assurer  et emprunter avec un risque aggravé de santé) le 2 septembre dernier », Marisol Touraine a donc annoncé la publication de la première grille de référence qui doit « permettre aux anciens malades de bénéficier de conditions qui se rapprocheront autant que possible des conditions standards ». En clair, au-delà d’un certain délai, les demandeurs d’assurance qui ont eu un antécédent de cancer n’auront plus à le déclarer.

Cette grille concerne 5 cancers et une première pathologie chronique non cancéreuse, l’hépatite C. Deux délais précis sont prévus, inférieurs à 10 ans (cinq ans pour les personnes atteintes pendant leur enfance), à compter de la fin du protocole thérapeutique et en l’absence de rechute, pour accéder à l’assurance emprunteur sans surprime ni exclusion. Il s’agit tout d’abord d’un délai d’un an pour certains cancers in situ du sein, du col de l’utérus et les mélanomes et d’un délai allant de 3 à 10 ans pour les cancers des testicules et de la thyroïde. La ministre a également précisé que cette grille serait actualisée tous les ans, sur la base des propositions de l’INCa, pour que les conditions d’assurance tiennent compte des progrès thérapeutiques.

 

Harmonisation et interdisciplinarité

 

Thierry Breton est de son côté revenu, à quelques jours de la remise du rapport d’étape sur l’avancement du Plan cancer 3, sur l’effort financier constant et soutenu que l’INCa fournissait pour aider la recherche. Au-delà des 100 millions d’euros dévolus chaque année à cette priorité, le directeur général de l’INCa a également souligné le développement accru d’une logique d’interdisciplinarité à l’image de la plateforme « Priorité Tabac », actuellement en cours d’évaluation et qui associe toutes les spécialités et disciplines concernées par ce sujet.

Si les deux premiers Plans cancer avaient mis l’accent sur la structuration de l’organisation territoriale, celui-ci présente d’ores et déjà des évolutions fortes marquées par une volonté de décloisonnement et de renforcement des liens entre les différents acteurs. À ce titre, Thierry Breton a rappelé la mobilisation des agences régionales de santé (ARS) qui ont récemment remis une feuille de route faisant état de leur engagement dans la déclinaison territoriale du Plan cancer.

Concernant les recommandations, l’évolution rapide des pratiques appelle à la mise en place de référentiels uniques pour une meilleure harmonisation de la prise en charge. Après avoir décliné les différentes actions mises en œuvre sur les sujets du dépistage et de la prévention, le directeur général de l'INCa a terminé en rappelant que le Plan cancer 3 donnait une place importante à l’après cancer, comme l’annonce de la ministre M. Touraine est venu le confirmer.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
xam Médecin ou Interne 06.02.2016 à 18h58

« la solution est tres simple ,puisque qu assurer c est mutualiser les risques(y a t il de meilleure definition?),il faut containdre les assureurs à ne pouvoir choisir le non risque, et les obliger a Lire la suite

Répondre
 
René L. médecin. Médecin ou Interne 16.02.2016 à 23h24

« Vous avez dit le RISQUE, c'est à dire la pathologie non advenue, et susceptible d'advenir selon un certain risque statistique, en population générale, les assureurs refusent de couvrir la pathologie Lire la suite

Répondre
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 05.02.2016 à 23h08

« ON N'OUBLIE RIEN DE RIEN...
Si au-delà d’un certain délai, les demandeurs d’assurance qui ont eu un antécédent de cancer n’auront plus à le déclarer,cela ne veut pas dire que les assurances n'ont p Lire la suite

Répondre
 
hérodottt Médecin ou Interne 05.02.2016 à 21h36

« Après 15 ans, on a le "droit d'oublier" le cancer
Mais les contrats d'assurance-prêt (ou garantie prêt) ne couvrent pas les ITT pour des maladies connues dans les antécédents.
Aussi, ils ne sont p Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Projet de convention : consultations, le big bang des quatre niveaux

tarifs

La nouvelle hiérarchisation des consultations (ou CCAM clinique) est un des chapitres essentiels de la nouvelle convention médicale en... 4

Les fumeuses plus à risque d'AVC que les fumeurs

TABAC FEMME

Les fumeuses sont plus susceptibles que leurs équivalents masculins de souffrir d'un accident vasculaire cérébral lié à une hémorragie... Commenter

Ce qu'il faut retenir du projet actuel de convention médicale

NEGOS

L'assurance-maladie et les syndicats de médecins libéraux ne sont pas parvenus à s'entendre dans la nuit de jeudi à vendredi 22 juillet.... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter