État d'urgence dans les lycées : le tabac de la discorde entre les ministres de la Santé et de l'Éducation

État d'urgence dans les lycées : le tabac de la discorde entre les ministres de la Santé et de l'Éducation

Damien Coulomb
| 05.02.2016
  • LYCEE

Les consignes des ministères de l'Éducation et de la Santé seraient fortement divergentes en ce qui concerne le droit des lycéens à fumer dans les établissements scolaires, selon le syndicat des proviseurs SNPDEN-Unsa qui a écrit au Premier ministre Manuel Valls fin janvier pour se plaindre des « divergences d'appréciation » entre les deux ministères.

Après les attentats du 13 novembre, l'organisation avait « signalé au ministère de l'Éducation le risque » que présentaient les élèves rassemblés devant les établissements pour fumer. « Le ministère nous avait entendus et nous a alloué une marge de manœuvre », a expliqué à l'AFP le secrétaire général du SNPDEN-Unsa, Philippe Tournier.

Le ministère de la Santé avait, pour sa part, protesté dans une lettre datée du 31 décembre et reçu mi janvier, disant que les chefs d'établissement enfreignaient la loi. La ministre a rapidement été rejointe par l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) qui rappelle que l'autorisation accordée par certains directeurs d'établissement viole « directement la réglementation en vigueur qui interdit totalement aux élèves et aux personnels de fumer dans l'enceinte des établissements et d'aménager des espaces réservés aux fumeurs, y compris dans les espaces non couverts ».

L'ANPAA demande une concertation

L'ANPAA rappelle que la prévalence du tabagisme chez les jeunes est suffisamment forte : « 44 % des jeunes de 17 ans déclarent avoir fumé dans le mois précédent et 32,5 % fument déjà régulièrement, selon l'enquête ESCAPAD ».

Pour les addictologues, « l'état d'urgence ne doit pas constituer une opportunité pour écorner une mesure majeure de la lutte contre le tabagisme [...] Les directeurs d'établissement doivent assumer pleinement leur responsabilité éducative en matière de santé et leur part d'une politique de long terme pour le bénéfice des élèves. »

L'ANPAA demande par ailleurs à Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation nationale, d'organiser rapidement « une réunion de concertation » avec l'ensemble des associations de lutte contre les addictions, les proviseurs, le ministère de la Santé et la MILDECA.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Marie/médecin Médecin ou Interne 06.02.2016 à 17h32

« Quelle cacophonie, quel laxisme, quel manque de courage de la part de nos gouvernants et de leurs coryphées syndicalistes enseignants.Pas de tabac, c'est tout, aussi bien dans les établissements sco Lire la suite

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 06.02.2016 à 00h26

«  comment on veut jouer au copain sympa "en laissant fumer à l'intérieur du lycée pour sa protection en raison des attentats" aggravant l'addiction du lycéen, ça tue déjà combien de centaines de mil Lire la suite

Répondre
 
Raoul H Médecin ou Interne 05.02.2016 à 23h46

« Des buralistes qui vendent illégalement du tabac aux mineurs
Des bars à chicha qui se multiplient en toute impunité
Et maintenant des proviseurs qui encouragent le tabagisme dans leurs établissem Lire la suite

Répondre
 
patrice p Médecin ou Interne 05.02.2016 à 23h24

« FANTASTIQUE!
A Manhattan on obtient l'interdiction de fumer à moins de 15 mètres devant l'entrée des établissements et en FRANCE on obtient l'autorisation de rentrer fumer dans les lycées!
Bravo l Lire la suite

Répondre
 
RDZ Médecin ou Interne 05.02.2016 à 21h39

« Franchement rigolo la narration de leur petites incompatibilités légalistes, on se marre avec ça!!!! :) ... Merci à la rédaction de ce moment de Zigomathérapie.. :) ... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
FILLON

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'élection présidentielle détaille sa contre-attaque sur le terrain de la santé. Il reproche au gouvernement d'avoir voulu imposer aux médecins le tiers payant – dont il supprimera, s'il est élu, le caractère obligatoire. Entretien. 10

Les décotes tarifaires unilatérales ne passent pasLes radiologues prêts au bras de fer avec la CNAM Abonné

radiologue

Furieux de l'entrée en vigueur de nouvelles baisses de tarifs et des forfaits techniques imposées par l'assurance-maladie, les radiologues... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

À 87 ans, une généraliste charentaise voit toujours dix patients par jour

mamy

Michel (62 ans) prendra sa retraite avant sa mère Micheline. « J'entends souvent la blague », s'amuse le Dr Micheline Foucry, médecin de... 20

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter