Passer du big data au smart data favorisera le dépistage des pathologies, même rares | Le Quotidien du Médecin

Passer du big data au smart data favorisera le dépistage des pathologies, même rares

Coline Garré
| 13.01.2016
  • data

Le big data n'est pas une nouveauté. Une évolution, certes, mais pas une révolution, assure Jean-Marc Aubert, directeur services et consulting, chez IMS Health, lors des Amphis de la santé*. « Le concept existe depuis les années 1990 », précise-t-il. Il était alors question du stockage de la donnée.

Aujourd'hui, l'enjeu est d'extraire de la valeur de ces milliards de données et d'en faire une opportunité pour transformer le système de santé. Comment ?

Pour être pertinent, le big data doit d'abord « répondre aux 4 V », explique Jean-Marc Aubert : le volume des données, leur variété, leur vélocité (entendue comme leur perpétuel renouvellement) et leur véracité. « Il faut un vocabulaire commun pour rapprocher les données » insiste l'expert. 

Ensuite, de nouvelles méthodes d'analyse doivent être inventées pour passer du big data au smart data. Et la question finale, selon Jean-Marc Aubert, est la « useful » data, ou comment les données doivent être utilisées pour être prédictives et prévenir les pathologies. « On parvient actuellement à prévenir certains cancers du sein, en travaillant sur les mutations des gènes BRCA1. Dans 30 ou 40 ans, on pourra prévoir encore plus de pathologies en connectant les bases cliniques, du génotype, de l'assurance-maladie...», prédit le responsable d'IMS Health.

Nouveau modèle de preuve

Le big data en santé devrait conduire à transformer les modèles d'administration de la preuve, prédit Jean-Marc Aubert. Aujourd'hui les données de plus de 5 535 patients viennent confirmer des essais cliniques qui incluent à peine plus de 400 personnes. Mais demain, le big data pourrait aider un médecin à trouver le diagnostic d'une pathologie rare dont il n'a pas observé les symptômes sur un patient, à partir des données hétérogènes de millions de personnes.

Enfin, ces nouvelles utilisations de données - déjà en cours en oncologie, ou sur le diabète - requièrent l'acceptation de la société. « Il faut se montrer responsable et lui prouver que l'usage qu'on fait de ses données répond à des buts précis, non déviants », estime Jean-Marc Aubert. La gestion du big data sera donc « global local » et non purement global assure-t-il. Autrement dit, un monopole de Google semble peu probable.

*Les amphis de la santé sont organisés par l'Association des cadres de l'industrie pharmaceutique (ACIP), l'Essec, et « le Quotidien du médecin ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accusés de rente sur le dos des dialysés, les néphrologues ripostent en s’unissant

DIALYSE

Neuf mois après la publication du rapport de la Cour des comptes appelant à une prise en charge plus « efficiente » de l’insuffisance... 2

Résultats des ECNi 2016 : où, quand, comment les récupérer ?

ecni

Les étudiants en sixième année de médecine découvriront demain, mercredi 29 juin, leur classement aux épreuves classantes nationales (ECN).... Commenter

L’Éducation nationale s’implique dans la prise en charge de l’endométriose

gayet

Une convention de partenariat vient d’être signée entre le ministère de l’Éducation nationale et des associations de patientes pour... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter