Pneumonies en ville : le CNGE demande à revoir la place de la radio pulmonaire

Pneumonies en ville : le CNGE demande à revoir la place de la radio pulmonaire

08.01.2016
  • Pneumonies en ville : le CNGE demande à revoir la place de la radio pulmonaire - 1

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) explique dans un communiqué son souhait que les recommandations sur la prise en charge des patients atteints d’une infection respiratoire basse soient mises à jour « par un groupe pluridisciplinaire tenant compte des données de la recherche en soins primaires ».

Le Conseil scientifique du CNGE souligne les limites de la radiographie thoracique (RT) pour le diagnostic d’une pneumonie aigüe communautaire (PAC) en milieu ambulatoire. Pour le Pr Henri Partouche, membre du conseil scientifique : « Par manque de données en soins primaires, les recommandations s’assoient sur des études réalisées aux urgences et en milieu hospitalier sans prendre en compte les spécificités de la médecine de ville. Or on ne voit pas les mêmes choses. »

Manque de précision diagnostique

Comme le CNGE le rappelle, les recommandations françaises de 2010 indiquent que le diagnostic de PAC repose sur l’association de symptômes généraux et pulmonaires et sur la présence d’une opacité alvéolaire systématisée d’apparition récente à la RT. Il est également conseillé que l’antibiothérapie doit être commencée « dès le diagnostic porté », idéalement dans les 4 heures, en raison de la gravité potentielle des PAC à S. pneumoniae. Aucun signe clinique, radiologique ou biologique n’a de valeur discriminante suffisante pour identifier le micro-organisme responsable.

Pour le conseil scientifique du CNGE, « la nécessité d’une RT pour diagnostiquer une PAC en milieu ambulatoire soulève plusieurs questions ». Le CNGE souligne que « cette imagerie manque de précision diagnostique, en particulier chez les sujets âgés », manquant à la fois de spécificité et de sensibilité. Sont pointées aussi du doigt la variabilité importante interobservateur et les « potentielles difficultés d’accès à la radiographie en soins primaires ».

Un pronostic plutôt qu’un diagnostic

Le CNGE s’appuie sur les résultats d’une étude récente française sur 886 patients ayant une suspicion de PAC inclus par 267 médecins généralistes métropolitains. Le Pr Henri Partouche, premier auteur, commente : « Nous avons mesuré le pronostic à l’aide de plusieurs critères, la durée d’arrêt de travail, le nombre d’hospitalisations, les décès, il n’y a pas eu de différence entre les groupes, qu’il y ait eu RT ou pas. Près de 20 % des patients n’ont pas eu de RT et chez ceux en ayant eu une, l’imagerie était négative dans un tiers des cas ». La grande majorité des patients (95 %, n = 836) ont reçu des antibiotiques dès la consultation initiale.

Pour le Pr Partouche, « il ne s’agit pas de prescrire des antibiotiques à tout va, pas du tout. L’idée, c’est de discuter s’il ne vaut mieux pas juger la prescription d’antibiotiques, non pas sur un diagnostic confirmé, mais sur un pronostic. Pour cela, il existe le score CRB 65, mentionné dans les recommandations françaises et utilisé par les Britanniques selon le NICE ». Le conseil scientifique du CNGE regrette également qu’il n’existe toujours pas de critère déterminant pour identifier le pneumocoque en ville, puisque la recherche d’antigène urinaire n’est pas remboursée faute de spécificité et de sensibilité. Un outil diagnostic performant permettrait « de mieux cibler la prescription d’antibiotiques ».

Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
jean-jacques l Médecin ou Interne 09.01.2016 à 09h46

« Raisonnement dangereux ; on a une diagnostic clinique de pneumopathie : il convient de la traiter (c'est une urgence) et d'en confirmer le diagnostic : imagerie nécessaire, à faire dans les meilleur Lire la suite

Répondre
 
jean p Médecin ou Interne 11.01.2016 à 08h29

"...le diagnostic de PAC repose sur l’association de symptômes généraux et pulmonaires et sur la présence d’une opacité alvéolaire systématisée d’apparition récente à la RT. Il est également conseillé Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter