Création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

Création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

06.01.2016
  • Création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie - 1

Le décret portant création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie a été publié ce matin au Journal officiel.

La création de ce centre fait partie du Plan national 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie présenté le 3 décembre dernier à la Fondation Œuvre Croix Saint-Simon (FOCSS, 19e arrondissement de Paris). Le centre résulte de la fusion (à moyen constant) de deux grandes structures hébergées par la FOCSS : le Centre national de ressources en soins palliatifs et l’Observatoire national de fin de vie.

Mieux communiquer

Le centre doit contribuer à une meilleure connaissance des conditions de la fin de vie et des soins palliatifs, à travers les dispositifs de collecte et de suivi des données et des enquêtes et études thématiques.

Il doit également participer au suivi des politiques publiques relatives aux soins palliatifs et à la fin de vie et diffuser les connaissances sur ces sujets.

Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie est doté d’un conseil d’orientation stratégique qui comprend, outre son président, quatorze membres dont le directeur général de la santé, le directeur général de l’offre de soins le directeur général de la fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon des représentants d’usagers et plusieurs sociétés savantes et du Comité national consultatif d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé.

La nomination du président de ce centre et l’appel à candidatures pour constituer son conseil d’orientation stratégique devraient intervenir dans les prochains jours. « Les soins palliatifs permettent d’apaiser les souffrances des personnes en fin de vie. Mais les Français sont très peu nombreux à être informés sur les soins palliatifs, a indiqué la ministre de la Santé Marisol Touraine. Chacun doit connaître ses droits et être au coeur des décisions qui le concernent ».

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
MARC G Médecin ou Interne 07.01.2016 à 10h28

Des mots rien que des mots et de nouveau une nouvelle commission mais de réelles actions.

Répondre
 
silicone Médecin ou Interne 07.01.2016 à 16h55

EXACT !!!!!! ET PAS DE BUDGET ! Comme d'habitude, on oublie les acteurs de terrain !

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Docétaxel : 48 décès en 20 ans selon l'enquête de pharmacovigilance

docetaxel

Les résultats consolidés de l'enquête nationale de pharmacovigilance diligentée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des... 1

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 20

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter