L’AP-HP épinglée par l’inspection du travail pour des irrégularités dans le recours à l’intérim

L’AP-HP épinglée par l’inspection du travail pour des irrégularités dans le recours à l’intérim

23.12.2015
  • L’AP-HP épinglée par l’inspection du travail pour des irrégularités dans le recours à l’intérim - 1

Plus de 5 000 contrats de travail de personnel médical intérimaire signés par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) entre le 1er janvier et le 31 août 2015 ne seraient pas conformes au droit du travail, selon une enquête de l’inspection du travail, révélée par le journal « L’Opinion » dans son édition du22 décembre.

Parmi les « griefs d’illégalité », relayée par « L’Opinion », des absences ou manques de précision dans les motifs d’embauche, des noms et des qualifications, des non-respects de la durée légale de travail d’intérimaires, et des cumuls illégaux d’activité de certains agents.

De son côté, l’AP-HP reconnaît, dans un communiqué, faire « appel à des missions d’intérim à hauteur de 600 000 heures chaque année ». La direction précise que dans de « nombreux cas, des justifications ont pu être apportées par les services concernant les manques de précision dans le recours à une mission d’intérim, des formulations imprécises ou des erreurs matérielles ».

Des vérifications en cours auprès des employés

Concernant les agents de la fonction publique hospitalière, l’AP-HP rappelle qu’ils « n’ont pas le droit d’exercer une deuxième activité (sauf conditions très particulières) » et que « les marchés conclus avec les sociétés d’intérim prévoient, dans leurs cahiers des charges, qu’il incombe au prestataire de vérifier que les agents ne sont pas en situation de cumul ». Des infractions ont été relevées par le passé et ont fait l’objet de « poursuites judiciaires ».

Toutefois, l’AP-HP soulève la difficulté d’accès à l’information auprès de l’URSSAF pour vérifier la situation de ces agents en raison « des règles de non-croisement de fichiers ».

Suite au courrier de l’inspection du travail, la direction a lancé des actions de vérification, toujours en cours pour 150 personnes.

« Cette enquête porte sur un échantillon seulement. Imaginez cela multiplié à l’échelle de l’ensemble des hôpitaux, c’est la preuve que la fonction publique hospitalière et l’AP-HP n’est pas respectueuse du droit du travail », a expliqué Jean-Marc Devauchelle, secrétaire général SUD santé.

« Vu le montant des salaires, il n’est pas étonnant que certains agents de l’AP-HP recourent au travail temporaire pour compléter leurs revenus. C’est connu depuis longtemps », a de son côté commenté Thierry Amouroux, représentant CFE-CGC.

S. M. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
PATRICK F Médecin ou Interne 24.12.2015 à 12h39

Etant donné la pénurie médicale dans les centres hospitaliers ce n'est pas surprenant!
Mais prévoir les besoins médicaux notamment dans les blocs opératoires quand la visibilité des programmes se Lire la suite

Répondre
 
MARYANICK A Infirmier 24.12.2015 à 10h13

Avec le passage en 12 heures, le gel des salaires depuis plusieurs années pour les fonctionnaires que nous sommes la tentation est plus forte de cumuler les emplois ...

Répondre
 
Syndicat Infirmier SNPI Infirmier 23.12.2015 à 19h48

« Ne faudrait-il pas en finir avec l’hypocrisie sur le cumul d’activité ? Depuis des dizaines d’années, de jeunes infirmières effectuent des missions d’intérim en plus de leur emploi dans la FPH.
Pl Lire la suite

Répondre
 
albert w Médecin ou Interne 25.12.2015 à 15h45

Quand les médecins libéraux travaillent 50 voire 60 heures et plus, n' est-ce pas dû à des honoraires honteusement bas....
Cela ne gène jamais les CGT, FO, CFDT et autres..

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 16

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... 3

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 2

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter