Le Collège national des gynécologues et obstétriciens défend la pratique clinique du toucher vaginal

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens défend la pratique clinique du toucher vaginal

08.12.2015

À la suite de la polémique concernant des touchers vaginaux et rectaux sans consentement sur des patientes sous anesthésie générale, qui a défrayé la chronique il y a quelques semaines, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) rappelle dans un communiqué les bonnes pratiques de cet examen clinique, notamment dans le cadre de l’apprentissage des futurs médecins.

Car c’est justement dans ce cadre que le bât blesse... L’origine de la polémique remonte en effet au printemps, lorsqu’un étudiant en médecine de l’université Lyon Sud sous-entendait dans un tweet que « plusieurs étudiants s’entraînaient à la chaîne sur une même patiente inconsciente ». En octobre dernier, Marisol Touraine qualifiait cette pratique pédagogique d’« inacceptable » et insistait sur l’intérêt de l’apprentissage par simulation.

Un geste également débattu aux États-Unis

La controverse sur l’intérêt du toucher vaginal a même été débattue outre-Atlantique, certains gynécologues américains qualifiant l’examen en routine d’inutile, voire de « contre-productif ».

Pour le CNGOF, l’intérêt médical de cet examen clinique est sans équivoque. « Son remplacement par des examens d’imagerie plus coûteux serait l’inverse d’un progrès. L’imagerie médicale ne donne pas les mêmes renseignements que l’examen clinique, souligne-t-elle. Elle ne peut venir qu’en complément de ce dernier lorsque c’est nécessaire. » Ainsi, l’instance appelle à continuer la pratique du toucher vaginal, « avec toute la compétence requise, en se donnant les moyens appropriés », à chaque fois que la situation le requiert et que, pour cela, la confiance reste indispensable.

Si elle considère que l’apprentissage de l’examen clinique et des touchers pelviens font partie de la formation de base du futur médecin, elle consent que « l’apprentissage doit se faire d’abord sur mannequin » et que chaque faculté doit disposer du matériel nécessaire.

Le CNGOF énonce les bonnes pratiques d’apprentissage

Lorsque cet apprentissage se déroule en situation « réelle », le collège distingue deux situations. Dans l’une, le toucher vaginal est nécessaire à la prise en charge médicale et l’étudiant, sous le contrôle de l’enseignant, contribue à cette prise en charge. Dans l’autre, le toucher vaginal, déjà réalisé une première fois par le praticien, est répété aux seules fins d’apprentissage de l’étudiant. Dans ce cadre, « il s’agit d’une pratique licite à partir du moment où elle est faite avec le consentement de la patiente et qu’elle n’est pas répétée de façon multipliée. Le caractère particulier de la consultation gynécologique nécessite de limiter le nombre d’étudiants qui accompagnent un enseignant ».

Dans le cas spécifique des patientes sous anesthésie générale, le CNGOF rappelle qu’« il ne doit pas y avoir d’apprentissage sans bénéfice clinique immédiat pour la patiente », sauf cas particulier, et exceptionnel, ayant fait l’objet d’un consentement « explicite » de la part de la patiente.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
apatou Médecin ou Interne 13.12.2015 à 19h08

« On doit ...... REFLECHIR et RESPECTER .....!!!
Houlalala. Trop dur?
Dans l'ambiance actuelle, on n'a pas le temps! »

Répondre
 
jacques b Médecin ou Interne 12.12.2015 à 12h48

« Aucune Evolution ne peut prévenir de la crétinerie humaine et de sa Pudeur Mal placée en particulier. Les Névroses graves et les phobies psychotiques ont rang de Normalité! comme l'homo-éroticisme e Lire la suite

Répondre
 
gilles d Médecin ou Interne 09.12.2015 à 12h21

C'est le progrès ! Peu importe le coût dans ce cas là quand on fait aux urgences un diagnostic de fécalome rectal au scanner , c'est moderne , on a "scanné" le patient , les touchers pelviens sont Lire la suite

Répondre
 
michele l Autre Professionnel Santé 08.12.2015 à 22h29

« HEUREUSEMENT ! »

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 08.12.2015 à 21h59

« L'art et la manière de se compliquer la vie en se posant beaucoup trop de questions. L'examen clinique perturbe nos patients, ne les examinons plus. Nos cabinets ne sont pas aux normes d'accessibili Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 2

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter