Approche sociologique de l’alimentation

Approche sociologique de l’alimentation

26.11.2015
L’alimentation reste un fondement, mais, de sociétale elle est devenue beaucoup plus individuelle 
  • Approche sociologique de l’alimentation
Le rapport à la nutrition a beaucoup évolué dans nos sociétés occidentales. Nous sommes passés d’une alimentation de subsistance – « On mangeait pour vivre. » – à une alimentation choisie, pensée, face à la profusion alimentaire. Le consommateur est aujourd’hui autonome, l’alimentation est devenue une construction et la tête s’est substituée à l’estomac.

L’alimentation qui était sociétale, globale, est désormais très individuelle et contribue à forger l’identité des individus. L’être humain a toujours « mangé des symboles », mais s’il s’est un peu détaché des diktats religieux, la pression intellectuelle et spirituelle demeure.

On assiste ainsi à une déferlante des régimes « sans » (sans viande, sans lait…), notamment chez les jeunes qui expriment, par cette démarche, leur désarroi et leur remise en cause de la société. Face à la profusion, on se permet le luxe d’exclure et on s’assemble en fonction des exclusions.
À côté de l’écologie, qui a modifié les rapports à la table, la santé est une autre préoccupation des consommateurs, qui a conduit les industriels à développer des aliments adaptés à ce que les consommateurs croient être bénéfique : aliments allégés ou « bio », par exemple.

À la télévision, on assiste à une fascination pour l’alimentation. La cuisine, qui était une servitude, est devenue un spectacle. La cuisine a ses vedettes, ses moments d’exception. Elle est aussi devenue une activité ludique, de plus en plus prisée par les hommes dans les couples de moins de 40 ans.

Parallèlement, la simplification proposée par l’industrie alimentaire – aliments prêts à cuire, salades conditionnées… – est appréciée, mais suscite des interrogations sur la qualité des plats, interrogations alimentées à la fois par la réussite économique des industriels et par les scandales alimentaires.

En termes de restauration collective, les cantines scolaires ne jouent pas pleinement leur rôle. La cantine devrait être éducative, mais elle est vécue comme une contrainte. Il y a une pression des parents, du législateur et, in fine, un gaspillage important, alors que l’essentiel est que les enfants mangent.

En entreprise, la situation est bien plus positive, avec une réponse adaptée au repas séquentiel (entrée-plat-dessert). Le repas est fait en fonction des désirs et des coûts, il est moins normatif. La restauration d’entreprise joue aussi un rôle de lien social, avec une notion de collectif et de partage.

Ainsi, en quelques décennies, le rapport à l’alimentation a changé. Elle reste un fondement, mais l’évolution s’est faite d’une alimentation sociétale globale à une alimentation construite en fonction de valeurs individuelles.
 
Dr Isabelle Hoppenot
 
D’après un entretien avec le Pr Jean-Louis Schlienger, médecin nutritionniste, Strasbourg.
 
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 7

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter