« Ma première image, ça a été cette jeune femme criblée de balles », le témoignage poignant d’une réanimatrice

« Ma première image, ça a été cette jeune femme criblée de balles », le témoignage poignant d’une réanimatrice

21.11.2015
  • Hôpital Saint-Louis, salle de réveil, nuit du 13 au 14 novembre 2015.

« Ma première image en entrant dans la salle de réveil, ça a été cette jeune femme, placée directement à l’entrée de la salle, criblée d’impacts de balles, dont un au niveau de sa mâchoire, complètement détruite. Une image d’horreur. À ce moment-là, j’ai eu un mouvement de recul. Je suis resté en état de choc quelques secondes et puis c’est parti, j’étais en mode professionnel – "on y va" », décrit le Dr Axelle Ferry, réanimatrice dans le service des grands brûlés de l’hôpital Saint-Louis, dans le 10e arrondissement de Paris, l’un des premiers établissements de l’AP-HP à avoir pris en charge les blessés des fusillades du vendredi 13 novembre, notamment celles qui ont eu lieu au Carillon et au Petit Cambodge, situés à quelques pas de l’hôpital.

Coordination des équipes

Ce soir-là, le Dr Ferry est de garde. Elle reçoit un premier message du SAMU 93 sur la mise en route d’un plan blanc concernant une explosion autour du Stade de France... Petit à petit, l’ampleur du drame se révèle à travers les alertes de la presse.

« Après avoir vérifié qu’ils étaient stables, j’ai laissé les patients de mon service auprès de mon interne, et je suis descendue en salle de réveil, où 4 ou 5 malades avaient déjà été amenés par les urgences. » Son chef d’unité, le Dr Matthieu Legrand, est déjà sur place et endosse le rôle de coordinateur, « un rôle extrêmement important pour gérer les équipes », souligne le Dr Ferry, qui est alors affecté à la prise en charge de la jeune inconnue.

Cette dernière a été transportée à bout de bras depuis le Carillon par des témoins de la fusillade. C’est la seule survivante d’un petit groupe d’amis qui étaient sortis boire un verre en terrasse. Malgré des impacts de balle dans la mâchoire, à la racine de la cuisse gauche, au niveau de l’avant-bras droit – complètement disloqué – dans la fosse poplitée et au niveau de la main gauche, elle est consciente.

« C’est elle qui s’est identifiée en prenant un stylo et une feuille pour écrire son nom, son prénom et sa date de naissance. Nous l’avons tout de suite mise dans le coma, et après un scanner pour faire le bilan de ses lésions, elle a pu être opérée, vers 3-4 heures du matin. »

Et la nuit est loin d’être terminée. La praticienne retourne vite aux urgences pour emmener en salle de réveil d’autres blessés dont le pronostic vital est engagé. En tout, une dizaine de patients ont été pris en charge durant la nuit, par 6 médecins réanimateurs et anesthésistes et une flopée de chirurgiens toutes spécialités confondues, avant d’être dispatchés vers le service de réanimation ou vers un autre hôpital. « Quand le Bataclan s’est dénoué, les victimes ont été transférées vers d’autres hôpitaux qui n’avaient pas encore été sollicités et étaient plus en capacité de les recevoir – la Pitié-Salpêtrière et l’HEGP. »

La nuit du Dr Ferry a été une nuit « sans boire, sans manger, sans pisser. Je tenais à l’adrénaline », explique-t-elle. C’est en rentrant chez elle le lendemain après-midi qu’elle commence à réaliser, lorsqu’elle rallume son téléphone portable et sa télévision, et se laisse envahir par les émotions. « J’habite le quartier et je fréquente très fréquemment le Carillon et le Petit Cambodge, et j’ai réalisé que j’aurais pu être parmi les victimes de cette horreur mais que, par chance, j’étais au travail ce jour-là. »

« Peut-être que j’aurai besoin d’un soutien psy... »

Après une nuit mouvementée, la réanimatrice est à nouveau de garde le dimanche, dans son service habituel. « Quelque part, je n’étais pas mécontente de travailler ce dimanche, ça m’a permis de me réfugier dans le travail », confie-t-elle. C’est une journée pleine d’émotion, car les familles commencent à arriver. Parmi eux, les parents de la jeune femme.

Ce dimanche matin, les équipes réalisent également un premier débriefing, pour partager leurs émotions, et une assistance psychiatrique leur est proposée. « Peut-être que j’aurai besoin d’un soutien psy... Je ne l’exclus pas, confie le Dr Ferry. Mis à part le sentiment de choc partagé par tous, ce qui est ressorti de cette réunion, c’est vraiment une fierté vis-à-vis de notre organisation, sans mouvement de panique, grâce à la coordination. On a évidemment des petites choses à ajuster – ce genre de plaies par balles, on n’en a jamais autant en si peu de jours, néanmoins un pas devant l’autre on a fait les choses, chacun dans sa mission, avec un esprit ultra-professionnel. »

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
Un médecin Médecin ou Interne 23.11.2015 à 20h24

« La lâcheté de ces criminels face à la vulnérabilité de ces innocents sans défense! Bravo aux équipes soignantes qui ont pris en charge ces patients avec courage et dévouement. »

Répondre
 
AILEGER Médecin ou Interne 23.11.2015 à 09h36

Tenez nous au courant de l'état de la jeune fille avec sa mâchoire détruite par une balle. Va-t-elle avoir une chirurgie de reconstruction ? Avec les nouvelles techniques de reconstruction 3D en Lire la suite

Répondre
 
Anne W Médecin ou Interne 23.11.2015 à 13h38

Bravo pour votre irrespect sur le secret médical, et au passage pour votre petit coup de pub gratos, Dr Aileger. Bonne journée.

Répondre
 
frederic p Médecin ou Interne 22.11.2015 à 19h02

« je constate que mon commentaire n'a pas été "validé"... car non conforme à la propagande gouvernementale !... pourtant je le répète, le carnage du Bataclan représente un échec patent des forces de p Lire la suite

Répondre
 
MICHELE T Médecin ou Interne 22.11.2015 à 00h44

« Bravo et merci pour eux et merci pour cette belle image de la médecine de notre pays »

Répondre
 
MARIE CHRISTINE E Médecin ou Interne 21.11.2015 à 21h17

« Bravo les médecins sont toujours prêts ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 20

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter