Temps de travail des urgentistes : l’AMUF accuse la FHF et les CME de torpiller l’accord

Temps de travail des urgentistes : l’AMUF accuse la FHF et les CME de torpiller l’accord

Sophie Martos
| 14.10.2015
  • Temps de travail des urgentistes : l’AMUF accuse la FHF et les CME de torpiller l’accord   - 1

L’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) s’insurge du comportement de la Fédération hospitalière de France (FHF) et des conférences des directeurs et présidents de CME au sujet de l’accord de décembre 2014 sur le temps de travail des urgentistes.

L’AMUF reproche au « couple » Valletoux/Martineau (respectivement présidents de la FHF et de la conférence des présidents de CME de CH) de vouloir bloquer « le déploiement de l’instruction [sur le temps de travail des urgentistes] au sein des hôpitaux » en poussant les directeurs et présidents de CME à « désobéir aux ordres de la ministre ». Le deuxième objectif serait de faire annuler l’accord par un recours au Conseil d’État à titre conservatoire.

Demande d’arbitrage

Très remontés, les urgentistes de l’AMUF pressent Marisol Touraine de « s’impliquer personnellement et rapidement » afin d’éviter une nouvelle crise à l’hôpital public. « Jamais on n’a connu une telle solidarité entre directeurs et présidents de CME pour ne pas appliquer un texte malgré les ordres d’une ministre », se désole le syndicat du Dr Patrick Pelloux.

Il ajoute que cet accord d’un nouveau genre a été salué dans le cadre de la mission Le Menn sur l’attractivité de l’hôpital. Le rapport « encourageait l’extension de l’accord passé entre le gouvernement et les urgentistes aux autres praticiens. Le nouveau décompte du temps, en volume horaire et non en demi-journée, pourrait ainsi être étendu à d’autres professions, si elles en font la demande ».

Conditions de travail

Fin septembre, la FHF et les conférences avaient déposé un recours contre l’accord signé entre les urgentistes et la ministre de la Santé (ou plutôt contre l’instruction ministérielle prévoyant la mise en œuvre de ce protocole).

Selon la FHF, en effet, l’instruction ministérielle ne prend pas en compte l’approche globale de la gestion de l’hôpital. Avec le risque d’une « dégradation des conditions de travail des personnels ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 46

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter