Canicule 2015 : 3 300 décès supplémentaires, dont 75 % chez les plus de 75 ans

Canicule 2015 : 3 300 décès supplémentaires, dont 75 % chez les plus de 75 ans

12.10.2015
  • Illustration canicule

Selon un premier bilan 2015 de l’Institut de veille sanitaire (InVS), trois épisodes de canicule ont été enregistrés en France au cours de l’été 2015, avec un total de 3 300 décès supplémentaires du 29 juin au 9 août – soit une hausse de la mortalité de 6,5 %.

L’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) a tout de suite réagi à ces chiffres, faisant remarquer dans un communiqué que « cette surmortalité touche pour près de 75 % les plus de 75 ans, soit plus de 2 430 personnes ».

Nette hausse des pathologies en lien avec la chaleur

Si l’InVS précise que « les excès de mortalité estimés ne peuvent être imputés entièrement à la chaleur », l’institut constate que les passages aux urgences et les consultations SOS Médecins pour des pathologies en lien avec la chaleur — hyperthermie ou coups de chaleur, déshydratation et hyponatrémie – ont enregistré une « nette hausse » cet été, notamment au cours des deux premiers épisodes de canicule.

Le premier épisode, qui a duré 10 jours (du 29 juin au 8 juillet) a touché 40 départements, principalement au nord-est de la France. Il a été marqué par 3 748 passages aux urgences, 1 546 consultations de SOS médecins en relation avec la chaleur, et 2 000 décès en excès (+10 %) extrapolés à l’échelle nationale.

Le deuxième épisode, « d’intensité moins importante », a duré 11 jours (du 14 au 23 juillet), touchant 23 départements principalement dans le quart sud-est du pays. Il s’est traduit par 2 461 passages aux urgences, 710 consultations SOS médecins et 600 décès en excès (+3 %) extrapolé à l’échelle nationale.

Enfin, la troisième période, de 5 jours (du 5 au 9 août), a touché 17 départements de l’est de la France. Près de 752 passages aux urgences ont été enregistrés, 181 consultations SOS Médecins, et 630 décès en excès (+6,3 %) extrapolé à l’échelle nationale.

L’organisme conclut que « ces épisodes confirment que la chaleur demeure un risque important pour la santé en France. Le déclenchement des actions recommandées par le Plan national canicule (PNC) est donc essentiel pour protéger la population et limiter l’impact sanitaire ». Le PNC a été instauré après la « grande canicule » de 2003, au cours de laquelle 15 000 morts ont été dénombrés.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
RDZ Médecin ou Interne 13.10.2015 à 00h37

C'est ça la vie !!!... ;) ...

Répondre
 
KLAUSS Médecin ou Interne 13.10.2015 à 00h18

Alors pour 2016 ce sera combien ? Sachant que nous allons vers une hausse de température d'année en année....

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 8

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter