Agence de la biomédecine : en 2014, les greffes d’organes ont progressé de 5 %

Agence de la biomédecine : en 2014, les greffes d’organes ont progressé de 5 %

02.10.2015
  • Agence de la biomédecine : en 2014, les greffes d’organes ont progressé de 5 %  - 1

L’Agence de la biomédecine (ABM) a publié ce jeudi 1er octobre son rapport médical et scientifique sur le prélèvement et la greffe en France pour l’année 2014.

5 357 greffes (526 à partir de donneurs vivants) ont été réalisées en 2014 – principalement des greffes de rein (3 232) et de foie (1 280). Cela correspond à une progression de 4,6 % par rapport à 2013, explique au « Quotidien » le Dr Karim Laouabdia, directeur général adjoint en charge de la politique médicale et scientifique de l’ABM : « Cette augmentation est liée principalement à celle des donneurs vivants, puisqu’on enregistre une hausse de 28 % par rapport à 2013. Pour nous, c’était un des axes stratégiques fixé par la Direction générale de la santé dans le Plan greffe de 2012. Donc de ce côté, on peut dire que cet objectif est réalisé », conclut-il, ajoutant que l’objectif fixé par Marisol Touraine d’atteindre 5 700 greffes fin 2016 « sera rapidement atteint ».

Mort encéphalique vs arrêt circulatoire

L’activité de prélèvement sur des sujets décédés en état de mort encéphalique continue de progresser légèrement depuis trois ou quatre ans. En 2014, 1 655 personnes ont été prélevées, ce qui équivaut à 25 donneurs prélevés par million d’habitants, contre 24,3 en 2013. « On ne s’attend pas à de très grandes progressions, comme celles constatées entre 2000 et 2007, parce qu’il y a une meilleure prise en charge des accidents vasculaires cérébraux et une diminution des accidents de la route, explique le Dr Laouabdia. Mais il nous reste cependant des marges de progression, puisqu’on a, selon les régions, des taux de refus qui varient du simple au double, et on travaille beaucoup là dessus. »

L’activité de prélèvement sur les sujets décédés après un arrêt circulatoire n’a, pour sa part, pas progressé en 2014. Sur 110 personnes décédées après un arrêt circulatoire, 40 ont fait l’objet d’un prélèvement d’organes (soit 0,6 personne par million d’habitants), aboutissant à 54 reins greffés (chiffre le plus bas 2010) et quatre foies greffés (contre deux en 2013). Parmi les causes de non-prélèvement, le taux d’opposition représentait 24,5 % (contre 20,9 % en 2013), les antécédents du donneur constituaient un obstacle au prélèvement dans 34,5 % des cas.

En 2014, les premières autorisations de prélèvements sur des personnes décédées dans le cadre d’une limitation ou d’un arrêt des thérapeutiques (dits Maastricht III) ont été délivrées. « Aujourd’hui, on a quatre centres autorisés, et les chiffres progressent », décrit le Dr Laouabdia.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter