Les anti-IVG ne désarment pas, Paris défend le libre choix des femmes

Les anti-IVG ne désarment pas, Paris défend le libre choix des femmes

11.09.2015
  • Les anti-IVG ne désarment pas, Paris défend le libre choix des femmes-1

À la veille des discussions au Sénat sur la loi de santé où sera abordée la question de l’évolution des pratiques des IVG en France, le Dr Bernard Jomier (adjoint à la mairie de Paris responsable de la santé, handicaps et relations sociales) a tenu à se rendre au planning familial du 2e arrondissement où il a annoncé des mesures pour faciliter l’accès à l’IVG.

Ce centre a été victime en juillet dernier d’une attaque perpétrée par des militants anti-IVG d’à peine 18 ans, membre de l’association SOS Tout-petits, présidée par le Dr Xavier Dor qui s’était déjà introduit en juin 2012 dans les locaux du planning. Le 1er septembre dernier, la Chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté le pourvoi du Dr Dor, maintenant sa condamnation du 27 octobre 2014 à 10 000 euros d’amende dont 5 000 euros avec sursis. « Le rejet de son pourvoi est un signal fort contre ces activistes qui croient pouvoir commettre leurs méfaits en toute impunité », souligne le planning.

Des anti-IVG encore très actifs

Selon Caroline Rebhi, animatrice au centre, « les attaques contre l’IVG sont de plus en plus nombreuses à Paris ». Le panneau d’affichage du planning est souvent tagué, des affiches anti-IVG placardées dans la ville, le site Internet planningfamilial75 est souvent la cible des anti-IVG, très actifs sur le Net. De plus, le centre dénonce le grand nombre de médecins cherchant à dissuader les femmes désireuses d’avorter. « Nous signalons ces médecins depuis longtemps à l’ARS et à l’Ordre des médecins… sans aucun effet », insiste l’animatrice Bénédicte Pauli.

Toutefois, l’activité du centre n’en a pas été affectée. Pour gérer les demandes, une collaboration étroite entre les plannings familiaux et les médecins généralistes s’est mise en place. Actuellement, à Paris, plus de 100 médecins généralistes pratiquent l’IVG médicamenteuse et ce chiffre est en augmentation. Le planning a également insisté sur les grandes inégalités d’accès et de pratiques au sein de la région Ile-de-France.

Quant à la question de la suppression du délai de réflexion (7 jours en France), en discussion au Sénat, elle semble dépassée. Les professionnels le reconnaissent : il n’est plus respecté depuis longtemps ! « Tout le monde est au courant, même les hôpitaux nous demandent parfois des certificats de la première visite médicale anti-datés pour pouvoir gérer la demande et l’urgence », expliquent les animatrices.

Des mesures pour améliorer l’accès

Dr Bernard Jomier a alors présenté au personnel 7 mesures phares élaborées au Conseil de Paris (en collaboration avec le Dr Prudhomme) visant à améliorer l’accès à l’IVG dans la capitale.

Ces mesures visent à l’amélioration de l’information, du remboursement et de la procédure d’anonymat (bloqués par la CPAM). Elles visent à garantir aux femmes le libre choix de la technique d’IVG à l’hôpital public. La création d’un circuit de prise en charge en urgence chez les femmes à la limite du délai légal, désirant avorter à Paris (rappelons que chaque année 5 000 femmes françaises avortent à l’étranger) est également au programme. Le planning insiste sur le fait que « l’IVG reste un acte urgent... Les hôpitaux ne remboursent pas totalement cet acte car la notion d’urgence est absente ».

Enfin, l’extension de la réalisation des IVG médicamenteuses à tous les centres de santé de Paris et centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) est « une mesure qui a été votée au Conseil de Paris en mars 2015 et qui prendra effet dès le début de l’automne », assure Dr Jomier.

Diane Damon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
franck m Médecin ou Interne 11.09.2015 à 22h52

Et la contraception en amont...on en parle quand?
Contraception gratuite pour toutes.
L'IVG n'étant pas une contraception...
Et les récidivistes qui font 2 à 3 IVG par an...personnellement je leur Lire la suite

Répondre
 
PIERRE F Médecin ou Interne 12.09.2015 à 17h22

« Grand démocrate ! A quand la condamnation pénale des fumeurs artéritiques ou cancéreux ? A quand le déremboursement des récidivistes de la route....Le médecin n'est pas un juge. Son devoir est d'inf Lire la suite

Répondre
 
ambroise paré Médecin ou Interne 02.10.2015 à 08h42

La Loi aujourd'hui préfère l'avortement rapide sans délai de réflexion distribuer par des auxiliaires de santé qu'une refonte de la prise en charge avec une éducation un accès à une contraception , Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 13

Des files d'attente quatre jours par an pour prendre rendez-vousSous le feu des critiques, un ophtalmo gardois défend sa méthode Abonné

Le Dr Thierry Bangil, ophtalmologue à Pont-Saint-Esprit, organise une fois par trimestre une prise de rendez-vous pour le renouvellement de... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter