Réforme du temps de travail des urgentistes : qui est concerné, comment ça va s’appliquer ?

Réforme du temps de travail des urgentistes : qui est concerné, comment ça va s’appliquer ?

Anne Bayle-Iniguez
| 21.07.2015
  • Réforme du temps de travail des urgentistes : qui est concerné, comment ça va s’appliquer ? -1

Très attendue des praticiens hospitaliers, l’instruction sur le décompte du temps de travail des urgentistes, qui précise les modalités d’application de la réforme en vigueur dans les services depuis le 1er juillet, a été mise en ligne ce lundi par le gouvernement sur le site Internet Legifrance (voir document ci-dessous).

Petite révolution dans l’organisation du travail et la gestion des plannings à l’hôpital, cette instruction concrétise l’accord « urgentistes » de décembre 2014, qui limite à 39 heures le travail posté auprès du patient (généralisation du décompte horaire) et réserve un temps forfaitisé pour les activités non cliniques, dans le respect des 48 heures hebdomadaires maximum.

Mode d’emploi aux directeurs et aux ARS

Le document législatif prend la forme d’un référentiel adressé aux directeurs d’hôpital, aux agences régionales de santé et aux autorités sanitaires locales par le ministère de la Santé.

Il identifie les médecins urgentistes concernés par la réforme : praticiens hospitaliers à temps plein, à temps partiel, assistants, assistants associés, praticiens attachés, praticiens attachés associés, praticiens contractuels et praticiens adjoints contractuels. Les hospitalo-universitaires en sont exclus.

L’instruction différencie également temps de travail posté (auprès du patient) et non posté.

Déterminées par contrat entre le praticien et le chef de service, les activités non postées comprennent la formation continue et des missions hors soins : organisation de la coordination, vie institutionnelle, évaluation des pratiques, recherche, etc. Le temps consacré à la fonction de chef de service et aux mandats syndicaux n’entre pas dans ce cadre.

Ce mode d’emploi ne s’applique pas dans les services d’urgences à faible activité, à moins d’être intégrées dans une équipe médicale de territoire, précise l’instruction.

Regain d’attractivité

L’association des médecins urgentistes de France (AMUF) et la CGT se sont félicitées « de cette avancée majeure » dans le mode de fonctionnement des urgences, « qui garantit aux médecins de meilleures conditions de travail et apporte une modernité dans l’organisation ». « Alors que nous assistions à une progressive désaffectation des jeunes et des moins jeunes, cet accord a redonné de l’espoir à un grand nombre de nos collègues », concluent les deux organisations dans un communiqué commun.

Circulaire DGOS/RH4/2015/234

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 22.07.2015 à 08h53

Déjà que les urgentistes prennent le temps d'écrire des bouquins, de participer à des chroniques journalistiques, reçoivent des médailles , avec cette circulaire il vont encore trouver du temps libre Lire la suite

Répondre
 
ROBERT A Médecin ou Interne 22.07.2015 à 06h30

Les 39h vont progressivement s'appliquer a tous les PH. D'ailleurs si les équipes décident elles même de s'organiser en 39h elles le peuvent sans risque. Bien sûr, les directions râlent, menacent Lire la suite

Répondre
 
Doceric59 Médecin ou Interne 21.07.2015 à 22h27

« Je suis genraliste de campagne fet ne compte pas mes heures (a quoi bon?.)
je suis par contre content pour mes confreres urgentistes de cette avancee dans leur condition de travail .
A chacun sa Lire la suite

Répondre
 
philippe B Médecin ou Interne 21.07.2015 à 20h02

Circulaire qui va déstabiliser les services à faible activité , qui se trouvent dans des zones ou la démographie médicale est une source d'inégalité criante pour la population. Ces services vont Lire la suite

Répondre
 
THOMAS G Médecin ou Interne 21.07.2015 à 19h50

« Un statut particulier pour les urgentistes à l'hôpital = leur travail est donc plus dur, plus difficile psychologiquement et physiquement que les autres spécialités??? »

Répondre
 
BZH Etudiant en santé 21.07.2015 à 21h37

« Oui c'est un fait. »

Répondre
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 22.07.2015 à 08h54

On en reparlera dans dix ans quand tu seras un vrai médecin

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... Commenter

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 2

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter