Influence du microbiote sur les allergies : une action immunitaire en plusieurs étapes

Influence du microbiote sur les allergies : une action immunitaire en plusieurs étapes

13.07.2015
  • Influence du microbiote sur les allergies : une action immunitaire en plusieurs étapes - 1

Si l’on savait déjà que l’absence de microbiote était associée à un risque accru d’allergies, on manquait encore d’information sur la façon dont s’articule la relation entre les deux phénomènes. Dans un article paru dans « Science », une équipe internationale, coordonnée par Gérard Eberl, de l’Institut Pasteur de Paris, vient d’en élucider le mécanisme.

Les cellules de type 2 du système immunitaire (comme les lymphocytes Th1, Th2 et les cellules lymphoïdes) sont les agents responsables du déclenchement des allergies dans l’organisme. Et pourtant, jusqu’à présent, aucune action directe du microbiote sur les cellules immunitaires de type 2 n’avait été mise en évidence.

Une action indirecte

Les chercheurs viennent désormais de comprendre que l’action du microbiote sur ces cellules de type 2 se fait par l’intermédiaire d’autres cellules immunitaires : les cellules immunitaires de type 3 (lymphocytes T helper, Th17 et les lymphocytes T régulateurs). Dans les faits, les champignons et les bactéries du microbiote activent les cellules immunitaires de type 3 situées dans l’intestin. Ces dernières régulent l’activité des lymphocytes Th1 et Th2 (de type 2), et par conséquent réduisent le risque de réaction allergique.

Le rôle pivot des récepteurs ROR gamma t

Les chercheurs détaillent le mécanisme de régulation des cellules T2 par les cellules T3 : une fois activés par le microbiote, les lymphocytes T régulateurs produisent un récepteur nucléaire, le ROR gamma t, un facteur de transcription qui joue le rôle de « chef d’orchestre » lors de la différenciation des lymphocytes T naïfs en Th17. En favorisant la différenciation en lymphocytes Th17, les lymphocytes T régulateurs diminuent mécaniquement les populations de lymphocytes Th1 et Th2.

Selon les auteurs, ce nouveau mécanisme impliquant différentes populations de cellules immunitaires et le microbiote pourrait expliquer en partie l’augmentation de la prévalence des maladies auto-immunes dans les pays industrialisés.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter