Tuberculose et candidose : des mutations dans un même gène entraînent une vulnérabilité aux deux types d’infections

Tuberculose et candidose : des mutations dans un même gène entraînent une vulnérabilité aux deux types d’infections

10.07.2015
  • Tuberculose et candidose : des mutations dans un même gène entraînent une vulnérabilité aux deux types d’infections - 1

Des mutations dans un gène précis, nommé RORC, entraînent, chez l’homme, une vulnérabilité à deux types d’infections, a priori sans lien : les infections mycobactériennes et les infections fongiques. C’est ce que démontrent les chercheurs du laboratoire de génétique humaine des maladies infectieuses, de l’institut Imagine, qui ont publié ce jeudi 9 juillet leurs travaux dans la revue « Science ».

Si l’implication du gène RORC dans l’immunité fongique avait déjà été démontrée, chez la souris, c’est la première fois qu’un lien est établi entre ce gène et une vulnérabilité aux infections mycobactériennes.

Des mutations chez 7 enfants

C’est en étudiant le profil génétique d’un enfant atteint d’une infection disséminée causée par le vaccin BCG que l’équipe du Pr Jean-Laurent Casanova a identifié des mutations dans le gène RORC. Les chercheurs ont d’abord cru à une coïncidence – ces mutations étant associées aux infections fongiques dans la littérature.

Mais des analyses ultérieures ont confirmé le lien entre mutations RORC et maladies mycobactériennes : de telles mutations ont été retrouvées chez 6 autres enfants atteints de maladie mycobactérienne, induite par la vaccination BCG ou par le bacille de la tuberculose. Les enfants étaient également tous atteints de candidose cutanéomuqueuse, une infection fongique.

Dysfonctionnement immunitaire

Dans leurs analyses de laboratoire, les auteurs ont montré que, chez les patients porteurs d’une mutation RORC, la production d’interféron-gamma par les lymphocytes T, en réponse à une infection mycobactérienne, est bloquée. Or, les interféron-gamma sont des acteurs clés dans l’immunité mycobactérienne.

De même, chez ces patients, la production d’interleukine-17 par les lymphocytes T, en réponse à une infection mycobactérienne, est elle aussi bloquée.

Les porteurs d’une mutation RORC ne sont donc pas capables de déclencher une immunité adéquate en réponse aux deux types d’infections. « Elles dépendent toutes les deux du même gène, mais par des mécanismes différents et elles ne s’influencent pas l’un l’autre », souligne le Pr Casanova, joint par « le Quotidien ».

Cette découverte ouvre plusieurs perspectives médicales. D’une part, la possibilité de dépister les patients susceptibles à ce genre d’infections ; d’autre part, une alternative thérapeutique dans la prise en charge des infections mycobactériennes pourrait consister à injecter aux patients des interféron-gamma, molécules qui sont sur le marché depuis 30 ans.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'instabilité chromosomique, un outil prédictif de récidive dans le cancer du poumon

chromosome

Comment exploiter en pratique l'hétérogénéité intratumorale, ce processus dynamique favorisant l'évolution du cancer et la résistance au... Commenter

PACES : les rectorats pourront recourir au tirage au sort, les étudiants s'insurgent

paces

Le tirage au sort dans les filières tendues, y compris en première année commune aux études de santé (PACES), a été acté dans une... 4

Les généralistes ont toujours le moral dans les chaussettes, selon un observatoire

moral

Si dans l'ensemble, les professionnels de santé libéraux vont un peu mieux, les généralistes demeurent inquiets pour leur avenir, selon... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter